Il existe 3 types de milliardaires. Tous rêvent d'immortalité, mais pas forcément à tout prix

Eco-comparateur : Le fleuve plus vert que la route - Demain l'Homme

Accueil

Cette actualité a été publiée le 07/09/2009 à 07h25 par Tanka.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Eco-comparateur : Le fleuve plus vert que la route

Information recueillie par Tanka.

Voies Navigables de France (VNF) a lancé le 4 septembre un éco-calculateur baptisé « EVE » qui permet de comparer sur un parcours donné l'impact écologique du transport de marchandises selon le mode de transport choisi. EVE calcule non seulement les émissions de CO2 et le prix du carburant mais aussi les effets indirects sur l'environnement.

Voies Navigables de France (VNF), a lancé vendredi 4 septembre un éco-calculateur « EVE » de l'impact des transports routiers et fluviaux sur l'environnement. l'outil compare la pollution atmosphérique, le bruit, les accidents... dans le calcul des coûts liés au transport de marchandises, en plus des émissions de gaz à effet de serre et du prix du carburant. Le programme permet une évaluation énergétique mais aussi « sociétale » pour comparer et choisir le moyen le plus écologique entre les divers modes de transports, le routier et le fluvial notamment. « Les logisticiens ont un réflexe routier, ferroviaire, mais peu fluvial » explique le directeur de VNF Thierry Duclaux. Bien entendu, la comparaison montre que le fluvial est plus durable que le routier.

L'éco-calculateur « EVE » est issu d'un travail collaboratif entre les équipes de développement de VNF et de l'ADEME qui a fourni l'outil de mesure du « Bilan Carbone » pour comptabiliser les émissions de gaz à effet de serre. D'autres gestionnaires de réseaux et des acteurs du transport sont partenaires du programme « notamment River Shuttle Containers (RSC- filiale du Groupe CMA-CGA).

Pour être « river-minded »

La société RSC, qui propose des services de transports fluviaux par conteneurs, sur le Rhône et sur la Seine, combinés aux transports routiers, souligne le deuxième intérêt « marketing » de cet outil. L'économie de tonnes de CO2 pourra être convertie en économie monétaire et attire déjà les clients de la grande distribution, comme Casino, Monoprix ou Auchan et d'autres entreprises « river-minded » qui choisissent la voie fluviale plus écologique pour transporter leurs marchandises. Même des enseignes étrangères du secteur de la restauration comme Mc Donald's seraient intéressées. Un convoi fluvial peut en effet faire économiser jusqu'à 10% par rapport à un transport « conventionnel » par axe routier.

VNF espère que ce programme sera utilisé par d'autres entreprises du BTP, céréalières, de sidérurgie... selon Philip Maugé Directeur du développement de l'organisme. Les données qui seront recueillies à partir des premières utilisations feront l'objet de nouvelles études pour développer l'éco-calculateur « EVE », avec d'autres partenaires déjà engagés. VNF, qui est aussi maître d'ouvrage du futur canal Seine-Nord Europe, pense actuellement un nouveau projet destiné aux transports locaux, pour acheminer les marchandises de l'usine à la livraison domestique.

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Tanka
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Lire tous les commentaires (1) - Laisser un commentaire sur cette actualité

Commentaire laissé par Michel95 le 07/09/2009 à 08h31

Bonjour
Une raison supplémentaire pour soutenir le projet de canal Seine Nord Europe, à grand gabarit, long de 106 km, entre l'Oise (Compiègne) et le canal Dunkerque-Escaut (Cambrai).
Ce projet répond à un besoin de désenclavement du bassin de la Seine, et va ouvrir la France sur le réseau fluvial à grand gabarit du nord et de l'est de l'Europe. A l'horizon 2020, ce canal permettra de transporter plus de 13 millions de tonnes de marchandises, soit l'équivalent de 500.000 poids-lourds par an sur l'un des corridors de transit les plus empruntés d'Europe.
Outre son utilité pour le transport et sa contribution à la réduction des rejets de CO2, ce projet constituera un support au développement d'activités touristiques, permettra des transferts d'eau vers les agglomérations du Nord-Pas-de-Calais et contribuera à limiter les crues de l'Oise en amont de Compiègne.
Plus de 4.000 emplois directs seront liés à sa réalisation, et il est estimé que plus de 10.000 emplois seront crées une dizaine d'années après sa mise en service, notamment du fait du développement de l'activité des plates-formes.

http://www.transports.equipement.gouv.fr/rubrique.php3?id_rubrique=2223