Du phoque à l'ours - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 13/01/2010 à 14h23 par Tanka.


DU PHOQUE À L'OURS

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Du phoque à l'ours

Information recueillie par Tanka

Après le commerce des produits du phoque, les produits de l'ours polaire sont dans le collimateur de groupes environnementaux et de certains gouvernements occidentaux.

En 2008, l'Union européenne a imposé une restriction de l'importation pour les ours chassés à l'île de Baffin et dans le bassin Kane, entre l'île d'Ellesmere et le Groenland. Les États-Unis veulent maintenant profiter de la convention sur le commerce international des espèces menacées, en mars, pour faire pression afin d'interdire le commerce des produits de l'ours polaire.

Ceux qui tentent d'interdire les produits de l'ours polaire invoquent le déclin de leur population. Mais le taxidermiste québécois, Pierre Boisvenue, ne croit pas cet argument. Il souligne que le quota de la chasse a augmenté de 100 prises l'année dernière, parce qu'il y aurait trop d'ours.

Chiffres alarmants, écologistes sceptiques

Les chiffres des scientifiques démontrent qu'un tiers des ours pourrait disparaître d'ici 50 ans. C'est pourquoi les États-Unis, qui ont fait de l'ours blanc un symbole de la lutte aux changements climatiques, envisagent de demander qu'il soit désigné espèce menacée et donc, d'éliminer son commerce.

Une telle interdiction serait inefficace, selon Craig Steward, qui est responsable du programme arctique pour le Fonds mondial de la nature au Canada: « Les Inuits souffriraient trop d'une telle décision. » Chaque année, un ours polaire canadien sur 20 est abattu par des chasseurs, surtout des Inuits.

De son côté, Greenpeace Canada rappelle que c'est avant tout le réchauffement climatique et la fonte de la banquise qui menacent le plus les ours polaires.

Source : radio-canada.ca

Pour en savoir plus sur la situation planétaire