Du nouveau pergélisol autour des lacs arctiques - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 12/06/2014 à 17h35 par Fred.


DU NOUVEAU PERGÉLISOL AUTOUR DES LACS ARCTIQUES

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Du nouveau pergélisol autour des lacs arctiques

Mais ce phénomène se poursuivra-t-il ?

 

Plutôt habitués à mesurer les conséquences du dégel du pergélisol que son expansion, des chercheurs de l'Université McGill et du Service géologique des États-Unis ont fait une étonnante découverte.

Fait de sol gelé, de pierres ou de sédiments, ils ont observé le renouvellement de pergélisol autour du lac Twelve Mile, aux abords du passage intérieur de l'Alaska.

Les chercheurs sont toutefois rapidement parvenus à la conclusion qu'en raison du rythme du changement climatique, ce pergélisol serait dissous d'ici la fin du siècle.

À l'instar de nombreux cours d'eau, le lac Twelve Mile disparaît peu à peu. Depuis 30 ans, le changement climatique et le dégel du pergélisol ont entraîné le recul du niveau d'eau des lacs, lequel est désormais de cinq mètres, soit l'équivalent de 15 pieds. Il s'agit d'un changement majeur qui s'est opéré en très peu de temps.

Depuis vingt ans, au fur et à mesure de la progression de la décrue des eaux, des bandes d'arbustes nains ont poussé sur les rivages nouvellement dégarnis.

Martin Briggs, du Service géologique des États-Unis, et le professeur Jeffrey McKenzie, du Département des sciences terrestres et planétaires de l'Université McGill, ont découvert que l'ombre projetée par les arbustes refroidit et assèche le sol, ouvrant ainsi la voie au nouveau pergélisol.

Dans un premier temps, les chercheurs étaient très emballés par cette découverte. Mais après avoir analysé l'épaisseur du nouveau pergélisol et évalué les répercussions du changement climatique – en tenant également compte de la hausse de température prévue de trois degrés Celsius en Arctique –, ils ont conclu que le nouveau pergélisol serait détruit avant la fin du présent siècle actuel.

 

Pour lire l'article de Martin Briggs, cliquez sur ce lien

 

Un article de Katherine Gombay, publié par francais.mcgill.ca et relayé par SOS-planete

 

Pour en savoir plus que visible, abonnez-vous à notre nouvelle Newsletter bimestrielle gratuite

Le site SOS-planete lui-aussi est GRATUIT !
Merci de contribuer au financement participatif

 

 

L'Actualité vraie sur votre mobile du site étrange qui dérange même les anges

 





Auteur : Katherine Gombay

Source : www.mcgill.ca