Du charbon propre pour sauver la planète? Les écolos hurlent - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 09/12/2010 à 18h38 par Mich.


DU CHARBON PROPRE POUR SAUVER LA PLANÈTE? LES ÉCOLOS HURLENT

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Du charbon propre pour sauver la planète? Les écolos hurlent

En décembre, la revue progressiste américaine The Atlantic a osé une couverture provoc qui défrise les environnementalistes : « L'avenir de l'énergie propre est le charbon sale ». Juste après le retour en force des conservateurs anti-écolos, et pile avant l'échec annoncé du sommet de Cancún, c'est dur !

L'édition de décembre de The AtlanticL'article court sur dix pages compactes, je ne me risque pas à le traduire ici. Le très sérieux site Grist, qui avoue s'être attendu au pire, admet d'emblée que la qualité du journaliste James Fallows, « un des meilleurs professionnels en exercice », confère à son papier le sceau de l'excellence absolue.

Tout en argumentant contre la thèse de Fallows, à qui il reproche de prendre les militants anticharbon pour des « fucking hippies » freinant le progrès technique et écologique, Grist résume bien l'argumentaire du magazine :

1. Le charbon cause des dommages considérables aux hommes et à l'environnement.

2. Les besoins mondiaux en énergie ne pourront être satisfaits en renonçant au charbon, abondant et bon marché. On ne peut pas décider de le supprimer des ressources utilisables.

3. On doit cependant impérativement et drastiquement réduire les émissions mondiales de CO2.

4. Compte tenu des points 2 et 3, il faut ériger en priorité un usage plus propre du charbon, tout en poussant à fond les autres solutions : efficacité énergétique, économies d'énergie, énergies renouvelables, voire nucléaire.

La Chine sait faire du charbon moins sale

En introduction de son papier dans The Atlantic, James Fallows explicite le dilemme ainsi :

« Pour les écologistes, le terme “ charbon propre ” est un oxymore insultant. Mais pour le moment, la seule façon de répondre aux besoins énergétiques du monde et d'arrêter le changement climatique avant qu'il ne produise des cataclysmes irréversibles, c'est de trouver au charbon -dégueu, crasseux, toxique- des usages plus durables.

La bonne nouvelle, c'est qu'il existe déjà des technologies adéquates. La Chine en est devenue l'experte, le leader, le Google ou le Intel du monde de l'énergie. Si elle veut être sérieuse vis-à-vis du réchauffement climatique, l'Amérique doit s'associer avec la Chine pour construire un avenir plus vert fondé sur le charbon.

Si on ne fait pas ça, la révolution de l'énergie propre va nous laisser sur le carreau, avec ce que ça comporte de coûts sérieux pour le climat mondial et pour notre économie. »

Anticipant qu'il risque être attaqué de tous bords pour encenser ainsi les performances environnementales de la Chine, Fallows rappelle son travail des années précédentes à propos de ce pays.
L'avantage industriel chinois sur les Etats-Unis

Il n'a cessé de montrer que le miracle économique chinois était assorti d'effets secondaires non négligeables. Et que oui, de plus en plus de Chinois étaient riches, mais des centaines de millions d'autres étaient toujours très pauvres. Que la pollution générée par la Chine en expansion posait un problème grave non seulement à elle-même, mais aussi au reste du monde :

« Cette fois, c'est différent. J'ai découvert un aspect de la Chine qui est objectivement une bonne chose pour le monde, y compris pour les Etats-Unis. Et cette réussite chinoise met brutalement en lumière l'avantage structurel de son approche (industrielle), ainsi qu'une faiblesse intrinsèque des Etats-Unis. »

Rappelons que la Chine et les Etats-Unis sont, dans cet ordre, les principaux émetteurs mondiaux de gaz à effet de serre. Mais les émissions annuelles sont de 25 tonnes par Américain contre 8 tonnes par Chinois (11 pour un Européen et... 1 tonne pour un Kenyan).

La Chine, donc, aidée par d'importants transferts de technologies, bénéficiant d'une collaboration scientifique et technique importante d'autres pays, notamment des Etats-Unis, a entrepris avec succès de rendre ses usines neuves (qui fonctionnent bien sûr au charbon, quoi d'autre ? ) plus propres que leurs homologues occidentales.

Une pollution terrible qui pourrait être bien pire

Evidemment, même en capturant plus de poussières, en séquestrant plus de CO2, en optimisant la quantité de combustible utilisé, les usines chinoises continuent d'expédier une pollution effroyable et toujours plus astronomique dans l'environnement. Mais essayez d'imaginer à quel point ce serait pire si les Chinois n'avaient pas déjà tellement progressé dans leur maîtrise du charbon.

(...)

Pour lire la suite, cliquer sur Lien utile ou Source

Deviens lanceur d'alertes

SOS-planete, le site géant qui déchire!





Auteur : Hélène Crié-Wiesner | Binationale | Rue 89

Source : www.rue89.com

  • Mots clés déclenchant une recherche interne :  
  • charbon