Droit des animaux : pourquoi ça coince en France - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 04/05/2013 à 15h57 par pam.


DROIT DES ANIMAUX : POURQUOI ÇA COINCE EN FRANCE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Droit des animaux :  pourquoi ça coince en France

 

Essayez d'aborder la question de la condition animale, à table, au hasard devant un steak-frite.

Réaction garantie.

On vous regarde du coin de l'oeil, on s'interroge...

Encore un lecteur de 30 millions d'amis ?

Un fan d'Allain Bougrain-Dubourg ?

Pire...

un végétalien ?

Si vous vouliez tuer l'ambiance, c'est gagné.

Car en France, droits des animaux ou éthique animale, c'est motus et bouche cousue, sujet tabou.

Pourtant, avec plus de 60 millions d'animaux domestiques, les Français sont les champions d'Europe des animaux de compagnie.

Sans surprise, quand on leur pose la question, les Français sont d'ailleurs sensibles à la cause animale.

Un mois avant le premier tour de l'élection présidentielle de 2012, 81% d'entre eux estimaient que la protection des animaux est une cause importante.

Mais si les droits des animaux ou la question du bien-être animal progressent dans les pays du nord de l'Europe ou encore en Suisse, d'après le Code civil français et malgré quelques progrès, les animaux sont toujours des objets.

(...)

L'erreur de Descartes

Nous sommes au XVIIe siècle et le véritable drame, c'est maintenant.

Un certain René Descartes découvre qu'il pense et donc qu'il est, notamment grâce au langage, ce qui ne simplifie pas la tâche des animaux qui peuvent penser, ressentir, mais ne rien exprimer.

Descartes qui est un scientifique place la raison au coeur de toute réflexion, la sensibilité est exclue du raisonnement et les animaux de la pensée.

Il développe alors une thèse, qui lui collera à la peau, celle de l'animal-machine.

Descartes aura beau affirmer qu'il n'a "jamais dénié ce que vulgairement on appelle vie, âme corporelle et sens organique" aux animaux, le mal est fait.

L'un de ses disciples, Malebranche déclarera après avoir donné un coup de pied dans le ventre d'une chienne, "Ne savez-vous pas que cela ne sent point?", ce qui nous ferait bondir aujourd'hui.

 

 

Alors pourquoi tant de haine?

Selon le Peter Singer, qui convoque un autre disciple de Descartes, le touche à tout Pierre Bayle, le concept de l'animal-machine a eu autant de succès en raison d'un problème théologique immense, l'existence du mal.

"Si Dieu est bon et omnipotent, alors pourquoi laisse-t-il les animaux souffrir?"

Enlevez-leur la souffrance et le problème est réglé.

Droits de l'Homme, mais pas des animaux

Certains penseurs s'insurgeront contre la thèse de l'animal-machine.

Ce sera le cas de noms profondément associés à la culture française comme Lafontaine, Voltaire ou encore Rousseau qui avait formulé une doctrine de la responsabilité morale des hommes envers les animaux, en vain.

Pourtant, c'est bien le même tradition philosophique, humaniste et généreuse qui aboutira à l'abolition de l'esclavage ou à la déclaration des droits de l'Homme.

Alors comment expliquer que la pensée française se soient finalement aussi peu souciée des bêtes?

 

 

Pour le philosophe Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, auteur de L'Éthique animale, c'est justement l'humanisme français qui est en cause : "Il est important de comprendre que l'humanisme, dont l'esprit français est imprégné depuis des siècles, n'est pas seulement la défense sympathique des droits de l'homme avec laquelle tout le monde est d'accord, mais aussi le fait de mettre l'homme au centre de tout, lui soumettre son environnement et réaliser en quelque sorte le projet cartésien de se rendre " comme maître et possesseur de la nature ".

"On place alors les hommes et les animaux dans des vases communicants et l'on se convainc qu'accorder davantage de considération aux uns implique forcément moins de considération pour les autres."

(...)

 

Pour lire la totalité, cliquer ICI

 

Un article de Stanislas Kraland, publié par huffingtonpost.fr et relayé par SOS-planete

 

Ce post vous est transmis grâce au dispositif mis en place par l'équipe bénévole des lanceurs d'alerte de SOS-planete. Ce site accueille plus de 6500 visiteurs par jour. Il est édité par Terre sacrée (association à but non lucratif) qui, en 2013, compte seulement 35 membres. Si vous pensez que nos efforts en valent la peine, merci donc d'adhérer ou de renouveler votre adhésion. Si quelques-uns nous aident, le véhicule continuera à avancer, sinon il s'arrêtera en chemin ! Logique, non ?

 

Testament oral d'un Ancien à ses enfants et petits-enfants

 

N'acceptez pas le crime organisé ! Rejoignez la Force ! Apportez votre petite pierre à une évolution joyeuse, compatible avec la Vraie Vie...

 

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 





Auteur : Stanislas Kraland

Source : www.huffingtonpost.fr