Dragonfly, une ferme dans un gratte-ciel à New York? - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 01/08/2009 à 22h16 par Michel WALTER.


DRAGONFLY, UNE FERME DANS UN GRATTE-CIEL À NEW YORK?

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Dragonfly, une ferme dans un gratte-ciel à New York?

L'architecte avant-gardiste Vincent Callebaut rêve de réintroduire la campagne au coeur de la métropole new-yorkaise. Son prototype de ferme urbaine, Dragon Fly, pourrait révolutionner l'architecture américaine.

On peut être utopiste et garder les pieds sur terre. Vincent Callebaut, un ancien architecte franco-belge de renommée internationale propose une réponse poétique et visionnaire à la crise du logement et à l'épuisement des ressources énergétiques. Cet Einstein de l'architecture verte a imaginé la première ferme autosuffisante et entièrement naturelle. Nommé Dragon Fly, en raison de la structure du bâtiment inspirée d'une aile de libellule, son projet de ferme hybride à la verticale habriterait un laboratoire de recherche, une résidence verte et un élevage d'animaux de ferme en plein New York.

Indépendante sur le plan énergétique grâce à ses panneaux solaires et ses éoliennes productrices d'électricité, Dragon Fly ne solliciterait que des matériaux 100% naturels. « Les énergies renouvelables sont intégrées dès la conception du bâtiment, orienté vers les vents dominants pour en capter l'énergie », explique Vincent Callebaut. La ferme géante est aussi conçue pour subvenir aux besoins alimentaires de sa population totale, soit 50 000 habitants, plus 100 000 autres personnes vivant à proximité du bâtiment. « L'entreprise consiste à n'importer aucun aliment de l'extérieur, dans l'optique d'annihiler l'empreinte carbone », estime l'architecte. Veaux, vaches, cochons, vergers. Du haut de ses 600 mètres, cette ferme hybride et multifonctionelle disposerait d'une ressource alimentaire précieuse, incluant toutes sortes de variétés animales et végétales.

Etre architecte de son propre jardin

Le projet s'inscrit dans une démarche citoyenne et communautaire, inspirée des jardins ouvriers. « Les habitants de Dragon Fly seraient les architectes de leur propre potager », explique Vincent Callebaut. Chaque logement disposerait de son mur végétal dans la cuisine, avec des légumes et des fruits frais à portée de main », poursuit-il. Adepte d'une architecture futuriste et responsable, Vincent Callebaut se voit pourtant moins comme un bâtisseur que comme un créateur. « Mon idée de l'architecture s'inscrit dans un programme qui tente d'apporter des réponses inventives aux nécessités énergétiques de notre époque, en toute logique mais avec un brin de poésie, explique calmement Vincent Callebaut. Il faut savoir désacraliser l'architecture », ajoute t-il.

Si son projet est un jour validé, sa libellule de verre et d'acier pourrait un jour déployer ses ailes au bout de l'île de Roosevelt Island, conciliant l'onirisme d'un Hayao Miyazaki, le réalisateur du délirant Château dans le ciel, aux exigences du réel en matière d'écologie. « Malgré la résistance des lobbies, l'idée d'une architecture durable et moins consommatrice en énergie fait jour aux Etats-Unis », constate Vincent Callebaut, saluant l'arrivée de Barack Obama comme une avancée bénéfique. En accord avec la politique environementale du président, Dragon Fly nourrit aussi l'espoir d'un mode de vie et de consommation alternatif, sur le principe d'une ferme nourricière. Avec pour postulat la symbiose de l'architecture moderne et de la nature. « Il s'agit avant tout d'un combat par conviction personnelle », conclut l'architecte.

Info pratiques :

Site

Vincent Callebaut viendra défendre son projet à New York la première quinzaine d'août. L'architecte a déposé parallèlement un projet à la mairie de Paris pour la construction d'un bâtiment-poumon, Anti-Smog, destiné à dépolluer l'air de la capitale, le long du canal de l'Ourcq (Paris, XIXème arrondissement). Le projet est actuellement en cours d'études.