Dessalement de l'eau : désastre annoncé - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 08/05/2010 à 19h29 par Jacques.


DESSALEMENT DE L'EAU : DÉSASTRE ANNONCÉ

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Dessalement de l'eau : désastre annoncé

Le dossier des stations de dessalement d'eau de mer conçu par le gigantisme et dans l'opacité annonce de graves dommages environnementaux, énergétiques et financiers pour le pays.

Nous publions un dossier édifiant élaboré par le secrétaire national chargé de l'environnement et présenté devant l'instance exécutive du RCD le 03 juin 2009.

Il est grand temps d'alerter l'opinion publique sur cette autre catastrophe qui risque d'hypothéquer durablement le développement national.

Treize projets de dessalement d'eau de mer, d'une capacité globale de 2,260 millions de mètres cubes seront opérationnels dès 2010.

Un ambitieux programme lancé par le gouvernement depuis trois ans et qui vise à pallier le manque de ressources conventionnelles en eau potable et à répondre aux besoins domestiques de plus de 20 millions d'Algériens.

A titre de comparaison, la Chine a récemment annoncé que ces installations de dessalement traiteraient 1 million de m3 d'eau de mer par jour d'ici 2010.

La technologie des membranes d'osmose inverse, utilisée dans l'usine d'El-Hamma, est actuellement installée dans plus de 1'500 usines de dessalement à travers le monde pour une production de 7,5 millions de mètres cubes d'eau douce par jour.

L'eau dessalée dont le prix de revient variera entre 45 et 55 DA le mètre cube sera distribuée par l'ADE (Algérienne des Eaux) à des prix étudiés qui devraient rester au même niveau que l'eau conventionnelle.

Comme pour tous les projets de dessalement d'eau de mer, c'est le groupe Sonatrach qui achètera l'eau dessalée avant de la céder à l'ADE qui la vendra à son tour au consommateur.

Le WWF (Fond Mondial pour la Nature) craint que le dessalement d'eau de mer soit une solution de facilité et détourne l'attention des solutions de rechange moins coûteuses et moins agressives pour l'environnement comme l'augmentation de l'efficacité de l'utilisation de l'eau ou le recyclage des eaux usées.

Le WWF estime par ailleurs que la mise en place de procédés performants d'évaluation des besoins en eau et des options d'approvisionnement entraîneraient de meilleurs résultats économiques et environnementaux.

Là où le dessalement d'eau de mer est établi comme pouvant répondre à un besoin réel en eau tout en étant rentable, les usines de dessalement doivent être construites et optimisées pour atténuer leurs incidences sur l'environnement, explique le WWF.

Le WWF estime donc que la technique de dessalement d'eau de mer doit être envisagée au cas par cas en fonction de la situation locale et en cohérence avec la gestion de l'offre et de la demande en eau.

Les usines de dessalement doivent être construites seulement lorsqu'elles se sont avérées être la solution la plus efficace et la moins préjudiciable pour compléter l'approvisionnement en eau, à la suite d'un processus d'évaluation approfondi et transparent de toutes les solutions de rechange et leurs impacts environnementaux, économiques et sociaux.

Le WWF invite donc les gouvernements, les agences de financement et l'industrie de l'eau à travailler pour approuver et pour aider à développer de ces protocoles spécifiques.

Mais, cette solution, selon WWF, représente une menace potentielle pour l'environnement et ne fera qu'aggraver les changements climatiques.

Les appréhensions des scientifiques

De l'avis de cette organisation, dessaler l'eau de mer est un procédé qui coûte cher, consomme beaucoup d'énergie et rejette dans l'atmosphère des tonnes de gaz à effet de serre.

« Le recours à ces nouvelles technologies, par ailleurs de plus en plus accessibles, ne va pas sans conséquences pour l'environnement », avertit dans son rapport WWF. Cette organisation estime que les activités intensives de dessalement peuvent provoquer le développement de saumures et entraîner la destruction de précieuses régions côtières, et ainsi contaminer la vie marine, les cours d'eau, les zones humides, les eaux souterraines et plus généralement les écosystèmes qui assurent l'épuration de l'eau et la protègent contre les catastrophes.

Le Pr Abdelouahab Chouikhi, spécialiste en pollution et en écotoxicologie marine(Turquie) tire lui aussi la sonnette d'alarme quant aux conséquences qu'engendrera la mise en service de l'unité de dessalement d'eau de mer d'El Hamma. En scientifique averti, M. Chouikhi dit avoir déjà attiré l'attention des pouvoirs publics sur le mauvais choix du site de l'usine de dessalement d'El Hamma, et ce, avant le démarrage de sa construction.

Pour lire la suite de ce dossier, cliquer sur "lien utile"

Source : www.aqvayli.com

Info sélectionnée par Jacques

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........