Des paysans haïtiens prêts à brûler des semences hybrides de Monsanto - L'atelier

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 29/05/2010 à 22h48 par Jacques.


DES PAYSANS HAÏTIENS PRÊTS À BRÛLER DES SEMENCES HYBRIDES DE MONSANTO

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Des paysans haïtiens prêts à brûler des semences hybrides de Monsanto

« Un nouveau tremblement de terre » :

c'est comme cela que Chavannes Jean-Baptiste, agriculteur et leader du Mouvement Paysan Papaye (Mouvman Peyizan Papay- MPP), a accueilli la nouvelle selon laquelle Monsanto va donner 60 000 sacs (soit 475 tonnes) de semences hybrides de maïs et de légumes dont certaines sont traitées avec des pesticides fortement toxiques.

Le MPP s'est engagé à brûler les semences de Monsanto et a appelé à une marche de protestation contre la présence des multinationales à Haïti le 4 juin 2010, pour la journée mondiale de l'environnement.

Dans une lettre ouverte datée du 4 mai 2010, Chavannes Jean-Baptiste, directeur exécutif du MPP et porte-parole du Mouvement Paysan National du Congrès de Papaye (MPNKP) a décrit l'introduction des semences Monsanto en Haïti comme « un très rude coup porté aux petites exploitations agricoles, aux cultivateurs, à la biodiversité, aux semences créoles, etc. et à ce qui reste de notre environnement en Haïti. »

Les mouvements sociaux haïtiens se sont fait entendre en s'opposant aux importations par les firmes agroalimentaires de semences et d'aliments, qui sapent la production locale à partir de ses propres stocks de semences.

Ils ont particulièrement exprimé leurs inquiétudes relatives à l'importation d'organismes génétiquement modifiés (OGM).

Pour l'instant, comme il n'existe aucune loi réglementant l'utilisation des OGM en Haïti, le Ministère de l'Agriculture rejette l'offre de semences OGM Roundup Ready de Monsanto.

Dans un échange de courriels, un représentant de Monsanto a assuré le Ministère de l'Agriculture que les semences offertes n'étaient pas des OGM.

Elizabeth Vancil, directrice des initiatives de développement chez Monsanto, a déclaré dans un courriel datant du mois d'avril, en apprenant que le Ministère de l'Agriculture haïtien acceptait leur don, que c'était « un fabuleux cadeau de Pâques ».

Monsanto est connu pour promouvoir de façon agressive ses semences, en particulier les semences OGM, tant dans les pays du nord que du sud, y compris par le biais d'accords technologiques extrêmement restrictifs pour des agriculteurs qui ne sont pas toujours très bien informés de ce qu'ils signent.

Selon des interviews que l'auteur a réalisées avec des représentants d' organisations de petits paysans mexicaine, ceux-ci se retrouvent alors obligés d'acheter des semences Monsanto chaque année à des conditions accablantes et à des coûts qu'ils ne peuvent pas toujours se permettre.

Les semences de maïs hybrides que Monsanto a données à Haïti sont traitées avec le fongicide Maxim XO et les semences de tomates calypso avec le thiram.

Le thiram appartient à une catégorie hautement toxique de produits chimiques appelés bisdithiocarbamates (EBDC).

Les résultats des tests des produits EBDC sur des souris et des rats ont inquiété l'Agence de protection de l'environnement des États-Unis (United States Environmental Protection Agency ou EPA), qui a alors demandé des examens complémentaires sur ces produits.

L'EPA a établi que les plantes traitées aux EBDC sont si dangereuses pour les travailleurs agricoles qu'ils doivent, lors de leur maniement, porter des vêtements spéciaux pour se protéger. L'EPA a décrété que les pesticides contenant du thiram doivent être accompagnés d' un avertissement spécial.

L'EPA a également interdit la commercialisation de ces produits chimiques pour les jardins des particuliers dans la mesure où la plupart des jardiniers n'ont pas les protections adéquates.

Le courriel de Monsanto au Ministère de l'Agriculture qui mentionne le thiram, ne fait aucune mention des dangers que fait encourir ce produit et ne propose pas de protections spéciales ni de formation pour ceux qui cultiveront ces semences toxiques.

.../...

« Combattre les semences hybrides et les OGM est crucial pour sauver notre biodiversité et notre agriculture », a déclaré Jean-Baptiste dans une interview en février. « Nos terres ont un potentiel suffisant pour nourrir toute la population et même pour exporter certaines denrées. La bonne politique pour y parvenir est la souveraineté alimentaire, où chaque territoire a le droit de définir ses propres politiques agricoles, de chercher d'abord à nourrir sa famille et ensuite à approvisionner le marché local, et de produire une alimentation saine selon des techniques qui respectent l'environnement et la Terre Mère. »

Pour lire l'article en entier, cliquer sur "lien utile"

Pour en savoir plus sur la situation planétaire
.
.





Auteur : Beverly BELL

Source : cocomagnanville.over-blog.com

  • Mots clés déclenchant une recherche interne :  
  • Monsanto - 
  • Haïti