Des palmiers dans l'Arctique... il y a 50 millions d'années - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 28/10/2009 à 17h46 par Tanka.


DES PALMIERS DANS L'ARCTIQUE... IL Y A 50 MILLIONS D'ANNÉES

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Des palmiers dans l'Arctique... il y a 50 millions d'années

Information recueillie par Tanka.

OSLO - Des palmiers ont poussé dans l'Arctique pendant une courte période chaude, il y a environ 50 millions d'années, si l'on en croit une étude publiée dimanche et qui donne à penser qu'il reste de grosses lacunes dans notre compréhension du changement climatique.

La végétation de l'Arctique devait être très semblable à celle que l'on trouve de nos jours en Floride, a déclaré Appy Sluijs, de l'université d'Utrecht, aux Pays-Bas, qui a dirigé l'étude internationale. Aucun indice de présence de palmiers à une telle latitude n'avait été relevé jusqu'ici.

Les sédiments prélevés dans un fond marin qui se trouvait il y a 53,5 millions d'années à 500 km du Pôle Nord contenaient des pollens d'un type ancien de palmiers, de conifères, de chênes, de pacaniers et d'autres arbres.

"La présence de pollen de palmier implique que la température moyenne la plus froide dans l'Arctique n'était pas inférieure à 8°C", écrivent dans la revue Nature Geoscience les scientifiques basés aux Pays-Bas et en Allemagne.

Ces conclusions contredisent des simulations informatiques selon lesquelles les températures hivernales étaient inférieures à zéro, même pendant la période chaude inexpliquée qui a duré entre 50.000 et 200.000 ans à l'époque éocène.

Les palmiers ne résistent pas au gel.

NOUVEAUX TYPES DE NUAGES?

Appy Sluijs a noté qu'il était frappant que des palmiers, qui ne perdent pas leurs feuilles en hiver, aient grandi dans des régions où le soleil ne brille pas pendant cinq mois environ.

Des expériences sur des palmiers modernes ont montré qu'ils peuvent survivre à des périodes prolongées d'obscurité.

Les scientifiques estiment que la présence de végétaux de la famille des palmiers - on ne sait pas exactement s'il s'agissait d'arbres ou de plantes - indiquent que le système climatique actuel pourrait réserver de grosses surprises.

La température augmente actuellement en raison de gaz à effet de serre dus à l'activité humaine, principalement l'utilisation de combustibles fossiles, selon Onu-climat.

La banquise arctique a fondu en 2007 pour atteindre son épaisseur la plus faible depuis que les satellites ont commencé à la mesurer, dans les années 1970.

La poussée de température de l'époque éocène est peut-être due à une brusque montée des niveaux de CO2. Cela a pu être causé par des éruptions volcaniques ou par la fonte de méthane congelé piégé dans le fond de la mer.

"Nous ne pouvons l'expliquer avec notre connaissance actuelle du système climatique", reconnaît Appy Sluijs. Il est possible que ce soit dû à la formation dans l'Arctique de nouveaux types de nuages pendant le réchauffement, ce qui aurait agi comme une couverture qui a piégé encore davantage de chaleur et accéléré le réchauffement.

"Si l'océan était très chaud, il est possible que ces nuages se soient formés à une latitude plus élevée que maintenant".