Des OGM cachés en Haute-Garonne ? - L'atelier

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 06/09/2011 à 18h32 par Jacques.


DES OGM CACHÉS EN HAUTE-GARONNE ?

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre

 

Mercredi, les faucheurs volontaires se donnent rendez-vous à Grenade pour une action symbolique. Ils organisent un covoiturage au départ du rond-point des Arènes à 7 heures.

« Il y a des OGM cachés en Haute-Garonne. » Pour étayer cette affirmation, les faucheurs volontaires organisent une action symbolique mercredi. Ils se donnent rendez-vous entre 8 heures et 8 h 30 à Grenade où ils arracheront chacun un pied « de tournesol muté ». (lire ci-dessous).

« Pour arriver à du tournesol résistant aux herbicides, les firmes multinationales utilisent une technique appelée la mutagénèse », explique Michel Metz, un membre du collectif OGM 31. Cette technique consiste à provoquer une mutation génétique, « soit par irradiation ou par exposition à des éléments chimiques », détaille Jacques Dandelot, un autre faucheur volontaire.

Mais d'un point de vue juridique, cette méthode est exclue de la législation sur les organismes génétiquement modifiés obtenus par transgénèse (insertion dans le génome d'un ou de plusieurs gènes étrangers). Elle est donc autorisée en France.

« On utilise ce mot de mutagénèse, pour faire moins peur, mais c'est un OGM, car on crée des plantes avec d'autres caractéristiques », déplore Julein Faessel d'Europe Écologie les Verts qui soutient l'action des faucheurs « car elle a un intérêt public ».

Contactée, la firme Pioneer qui commercialise des semences résistantes à un herbicide, préfère laisser parler le Cetiom, centre technique interprofessionnel des oléagineux et du chanvre. « La mutagénèse n'a rien à voir avec un OGM, il s'agit juste d'une petite modification d'un gène. Une simple accélération de ce qui se fait naturellement », précise Pierre Jouffret, le responsable du Cetiom pour le sud de la France.

Il insiste sur l'intérêt de ces plantes « tolérantes à des herbicides » qui permettent de contrôler les mauvaises herbes.

Mais pour les anti-OGM du département, cette résistance qui permet l'utilisation d'un herbicide plein champ va se généraliser aussi aux mauvaises herbes. « L'ambroisie, par exemple, cette plante très allergène, résiste assez bien à ces pesticides et le phénomène risque de s'accélérer », prédit Michel Metz. Ainsi, par leur « action symbolique de mercredi », ils veulent surtout informer les paysans qui n'ont « souvent pas conscience de ces manipulations génétiques ».

Le chiffre : 56 000 hectares de tournesol. La Haute-Garonne est un gros producteur de tournesol. Sur les 56 000 hectares cultivés, 5 000 à 6 000 ha sont résistants à un herbicide.

« En France, on importe beaucoup d'OGM. Ils se retrouvent dans l'alimentation de nos cheptels ». Julien Faessel, secrétaire au bureau d'Europe Écologie les Verts de Toulouse.

"Nous ne voulons pas détruire un champ, mais dénoncer un problème"

Jacques Dandelot, est un enseignant de 61 ans, bientôt à la retraite. Il participera mercredi à l'action des faucheurs volontaires à Grenade.

Pourquoi cette action ?

Depuis quelques mois, le collectif anti-OGM a décidé de mettre en avant la lutte contre les cultures issues de la mutagenèse, technique qui permet d'avoir des tournesols résistants à des herbicides.

Ce type de culture existe en Haute-Garonne ?

Oui, et c'est la première année où il y a une surface importante de tournesol muté cultivé dans le département, sans doute plusieurs milliers d'hectares. Mais c'est difficile à chiffrer vu qu'il n'y a pas d'obligation de déclarer ces cultures.

Vous souhaitez donc attirer l'attention en arrachant des plants de tournesol ?

Oui nous souhaitons mettre sur la place publique ce problème des OGM cachés, mais nous ne voulons pas stigmatiser les agriculteurs. En général, ils ne sont pas au courant des manipulations génétiques de ces firmes et en sont souvent les premières victimes. Nous ne voulons pas détruire un champ, mais dénoncer ce problème

Ne craignez-vous pas des condamnations judiciaires ?

Nous assumons totalement notre action. Nous agissons à visage découvert, en respectant la charte des faucheurs volontaires basée sur la non-violence. Depuis 2003, nous avons fait face à de multiples procès... Ils permettent de porter le débat sur la place publique. L'action des faucheurs, en synergie avec le travail de nombreuses associations a d'ailleurs abouti au moratoire sur le maïs MON 810, qui interdit la culture de cette céréale en France.

 

Un article de Pierre Vincenot, publié par La Dépêche

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Pierre Vincenot

Source : www.ladepeche.fr