Des éleveurs accros aux antibiotiques - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 09/03/2012 à 10h28 par Tanka.


DES ÉLEVEURS ACCROS AUX ANTIBIOTIQUES

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Des éleveurs accros aux antibiotiques

 
Des inspections font état d'emploi de médicaments hors prescription pour traiter les animaux d'élevage. Ce qui serait dangereux pour l'homme.

Le ministère de l'Agriculture s'est engagé à réduire de 25% en cinq ans l'usage des antibiotiques dans les élevages. Une vraie gageure quand on sait que ces traitements, pourtant soumis à ordonnance, sont parfois administrés aux bêtes sans prescription ou diagnostic vétérinaire préalable. C'est ce que révèle une note adressée le 7 février aux préfets par la Direction générale de l'alimentation (DGAL), qui dépend du ministère de l'Agriculture.

Dans ce document, que nous nous sommes procuré, le directeur général adjoint de la DGAL, Jean-Luc Angot, fait état de « non-conformités majeures » constatées lors de la délivrance d'aliments médicamenteux aux éleveurs. Mélangés à la nourriture du bétail, ces antibiotiques sont utilisés pour prévenir les maladies les plus courantes. Mais la note montre l'existence de pratiques opaques entre vétérinaires, industriels de l'agroalimentaire et certains agriculteurs. Les inspecteurs ont constaté notamment des « délivrances d'aliments médicamenteux sans prescription sur simple demande des détenteurs d'animaux ».

« Cela montre qu'il est très facile pour un éleveur de se procurer des médicaments pour son bétail sans ordonnance et cela fait froid dans le dos quand on sait que l'exposition des animaux aux antibiotiques a augmenté de 12% entre 1999 et 2009 », s'insurge Sébastien Arsac, de l'association de protection animale L214.

La Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA) voit dans cette note un « rappel à l'ordre pour l'ensemble des maillons de la filière ». « Il arrive que certains vétérinaires ou pharmaciens affairistes délivrent des quantités astronomiques de médicaments sans faire de visite préalable ou que des éleveurs achètent directement sur Internet des médicaments à l'étranger », déplore le vice-président de la FNSEA, Pascal Ferrey.

Pour Jacky Maillet, président de l'Association nationale des pharmaciens vétérinaires d'officines, « il était temps de rappeler les règles et de remettre un peu d'ordre dans la maison. Ce n'est pas à l'éleveur de faire son propre diagnostic ni à l'usine de fabrication d'aliments médicamenteux de demander a posteriori au vétérinaire une ordonnance après avoir vendu les antibiotiques ».

Les vétérinaires et pharmaciens directement liés par convention aux usines de fabrication d'aliments médicamenteux sont dans le collimateur du ministère de l'Agriculture. La DGAL annonce qu'elle engagera des poursuites à l'encontre des prescripteurs d'antibiotiques qui n'ont pas respecté les règles.
 

Un article de Frédéric Mouchon, publié par Le Parisien
 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Frédéric Mouchon

Source : www.leparisien.fr