Des colonies de microbes dans la plastisphère océanique - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 19/07/2013 à 12h56 par Zomeland.


DES COLONIES DE MICROBES DANS LA PLASTISPHÈRE OCÉANIQUE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Des colonies de microbes dans la plastisphère océanique

 

Les débris marins les plus abondants sont les déchets plastiques. Sur les 260 millions de tonnes de plastique produites chaque année, 10 % finit sa course en mer. La circulation océanique entraîne les déchets loin des côtes, dans les gyres océaniques où ils s'accumulent et se dégradent lentement. Ces zones d'accumulation sont souvent appelées continents de plastique ou îles de plastique. La notion de plaque macroscopique de plastique est trompeuse, on devrait plutôt parler de soupe de plastique microscopique. Néanmoins, l'abondance du matériau dans l'océan a conduit à la prolifération de milliers de bactéries, fondant un nouvel écosystème, la « plastisphère ».

Ce nouvel habitat océanique soulève un grand nombre de questions. Les nouvelles conditions environnementales vont-elles favoriser le développement d'espèces au détriment d'autres ? En quoi la prolifération de la vie marine à même ces déchets plastiques pourrait-elle modifier la chaîne alimentaire ? À leur mort, ces organismes vont-ils plonger au fond de l'océan ou seront-ils ingérés ? Quel impact la plastisphère peut-elle avoir sur l'océan ? Difficile de répondre maintenant, mais une équipe du Woods Hole Oceanographic Institution (WHOI) donne quelques éléments d'analyse.

(...)

 

Pour lire la suite, cliquer ICI

 

Un article de Delphine Bossy, publié par futura-sciences.com et relayé par SOS-planete

 

 

Fukushima : les mutations, c'est maintenant !

Retrouvez toute l'actualité sur votre mobile

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Mercredi, 5756 visiteurs

 





Auteur : Delphine Bossy

Source : www.futura-sciences.com