Des cellules souches induites pour sauver des espèces menacées ? - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 05/09/2011 à 21h56 par Tanka.


DES CELLULES SOUCHES INDUITES POUR SAUVER DES ESPÈCES MENACÉES ?

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Des cellules souches induites pour sauver des espèces menacées ?

 
En obtenant, à partir de cellules adultes de rhinocéros et de singe, des cellules souches similaires à celles de l'embryon, des biologistes américains ouvrent de nouvelles possibilités pour sauvegarder ces espèces menacées de disparition.

Plusieurs initiatives de conservation de tissus, de cellules et d'ADN d'animaux menacés se sont mises en place ces dernières années. C'est ainsi qu'à l'institut de recherche du zoo de San Diego, en Californie, le biologiste Oliver Ryder a monté un «cryozoo» abritant des échantillons de plus de 800 espèces.

Lorsque fin 2007 des chercheurs japonais ont annoncé qu'ils avaient réussi à reprogrammer des cellules adultes de la peau en cellules souches pluripotentes, pouvant donner tout type cellulaire comme les cellules souches embryonnaires, Ryder et sa collègue Jeanne Loring de l'Institut Scripps (La Jolla, Californie) y ont vu une nouvelle piste. Pas question en effet pour eux d'utiliser des embryons chez des espèces aussi menacées que le rhinocéros blanc du Nord (Ceratotherium simum cottoni), dont on ne recense plus que 7 individus.

Loring et son collègue Inbar Friedrich Ben-Nun ont tenté d'appliquer la méthode de reprogrammation à des cellules de rhinocéros et de drill, ou babouin des forêts (Mandrillus leucophaeus), fournies par Ryder. Pour les cellules humaines, c'est l'ajout de plusieurs gènes, insérés grâce à un vecteur viral, qui permet de les reprogrammer en cellules embryonnaires. Les chercheurs ont essayé d'utiliser des gènes de primates pour le drill ou de chevaux pour le rhinocéros, pensant que les gènes humains ne fonctionneraient pas. Étonnamment, après un an d'échecs, ils ont tenté avec les gènes de reprogrammation humains et cela a fonctionné ! Les résultats sont publiés cette semaine dans la revue Nature Methods.

Avec ces cellules souches induites de drill et de rhinocéros, les chercheurs vont maintenant tenter d'obtenir des cellules germinales (ovocytes ou spermatozoïdes), comme cela a déjà été fait avec des souris. A terme, l'objectif est notamment de ramener de la diversité génétique dans ces populations très restreintes. On pourrait par exemple décongeler les cellules d'un animal décédé, créer des cellules souches pluripotentes induites (CSPI), puis des cellules germinales et, via la fécondation in vitro, enrichir le pool génétique. Encore faut-il maîtriser la reproduction médicalement assistée chez les rhinocéros....

Pour une espèce comme celle du drill, qui souffre de diabète en captivité, les chercheurs espèrent utiliser les CSPI pour mettre au point des thérapies cellulaires pour soigner ces singes africains, victimes de braconnage dans un habitat naturel de plus en plus réduit.
 

Un article de Cécile Dumas, publié par Sciences et Avenir

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Cécile Dumas

Source : www.sciencesetavenir.fr