Des bactéries prolifèrent à -15 °C - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 23/05/2013 à 12h17 par Fred.


DES BACTÉRIES PROLIFÈRENT À -15 °C

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Des bactéries prolifèrent à -15 °C

 

Des bactéries présentes dans le pergélisol se reproduisent à -15 °C, la température la plus basse connue pour une croissance bactérienne, ont découvert des biologistes de l'Université McGill.

Le Pr Lyle Whyte et l'étudiante postdoctorale Nadia Mykytczuk expliquent que la température dans le pergélisol de l'île Ellesmere du Haut-Arctique canadien est presque aussi froide que celle de la surface de Mars.

Selon eux, la découverte d'une bactérie capable de s'y reproduire offre des indices sur certaines des conditions préalables nécessaires à la vie microbienne à d'autres endroits dans notre système solaire, comme sur Encelade, une lune de Saturne, ou sur la planète Mars.

La bactérie en question se nomme Planococcus halocryophilus OR1.

« Nous croyons que cette bactérie vit dans des veines très minces d'eau très salée présentes dans le pergélisol congelé de l'île Ellesmere. Le sel dans les veines de saumure du pergélisol empêche la congélation de l'eau aux températures ambiantes du pergélisol (-16 °C), et il en résulte un milieu habitable, mais très hostile. Ce n'est pas un endroit où il est facile de survivre, mais cet organisme est capable de rester actif (c.-à-d. de respirer) dans le pergélisol sous des températures d'au moins - 25 °C » dixit le Pr Lyle Whyte.

En étudiant sa séquence génomique et d'autres traits moléculaires, les chercheurs ont découvert qu'elle s'adapte à son milieu extrême grâce à des modifications importantes de sa fonction et de sa structure cellulaire et des quantités élevées de protéines adaptées au froid.

Des particularités ont également été constatées dans les membranes qui l'enveloppent et la protègent du milieu hostile dans lequel elle évolue.

Un autre aspect de la séquence génomique de la Planococcus halocryophilus OR1 a retenu l'attention des scientifiques : elle semble posséder des niveaux élevés de composés servant en quelque sorte d'antigel moléculaire, qui l'empêche de se congeler, tout en protégeant en même temps la cellule contre le milieu extérieur très salé.

Les deux côtés d'une bactérie

De tels microbes pourraient, selon les chercheurs, être nuisibles dans des milieux extrêmement froids en causant une augmentation des émissions de dioxyde de carbone lors du dégel du pergélisol. Ce phénomène contribuerait au réchauffement planétaire.

Ils pourraient aussi constituer, sur un plan plus positif, de nouvelles sources de biomolécules dans des applications commerciales de biotechnologie, en produisant des enzymes actifs en milieu froid. Ils pourraient ainsi améliorer l'efficacité du détergent à lessive.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue Nature.

 

Un article publié par radio-canada.ca et relayé par SOS-planete

 

Mille milliardaires pour prendre le contrôle total de nos cerveaux, de nos pensées et de nos actes ?

 

N'acceptez pas le crime organisé ! Rejoignez la Force ! Ralliez le Cercle des Anciens ! Apportez votre petite pierre à une évolution joyeuse, compatible avec la Vraie Vie...

 

 

Découvrez nos posts qui font le buzz sur la Toile
Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 
Recommandez-le à vos amis

 





Source : www.radio-canada.ca