Des bactéries marines pour lutter contre... les incendies - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 14/07/2014 à 01h15 par Bras07.


DES BACTÉRIES MARINES POUR LUTTER CONTRE... LES INCENDIES

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Des bactéries marines pour lutter contre... les incendies

 

Un groupe de bactéries a été identifié dans plusieurs écosystèmes marins : elles produisent des composés toxiques identiques aux produits ignifuges fabriqués par l'homme.

DIVERSITE

Ces bactéries ont été découvertes par des scientifiques de l'université de San Diego dans plusieurs sites, en mer. Dans des herbiers marins, sur des récifs coralliens et dans des sédiments marins. Elles produisent des polybromodiphényléthers (PBDE) des composés toxiques contenant du brome et utilisés comme retardants par l'industrie électronique notamment.

 


Dans les récifs coralliens certaines bactéries sécrètent
des toxiques similaires aux retardants chimiques

 

(...)

GENES

C'est la première fois que des de telles bactéries sont identifiées et isolées. Dans l'étude, publiée dans la revue Nature Chemical Biology, les chercheurs ont repéré un groupe de dix gènes bactériens impliqués dans la synthèse de plus de 15 composés aromatiques polycycliques contenant du brome, dont certains PBDE. Ils permettent d'expliquer la répartition inhabituelle de certains des toxiques tant dans les espèces marines que chez les humains

(...)

 

Pour lire la totaité, cliquer ICI

 

[couleur=#A1C1FF]Un article de Joël Ignasse, publié par sciencesetavenir.fr et relayé par SOS-planete[/couleur]

 

Pour en savoir plus que visible, abonnez-vous à notre nouvelle Newsletter bimestrielle gratuite

Le site SOS-planete lui-aussi est GRATUIT !
Merci de contribuer à son financement participatif

 

 

L'Actualité vraie sur votre mobile du site étrange qui dérange même les anges

 





Auteur : Joël Ignasse

Source : www.sciencesetavenir.fr