Des algues en façade fournissent l'énergie d'un immeuble passif - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 03/08/2013 à 08h25 par kannie.


DES ALGUES EN FAÇADE FOURNISSENT L'ÉNERGIE D'UN IMMEUBLE PASSIF

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Des algues en façade fournissent l'énergie d'un immeuble passif

 

A Hambourg, un immeuble livré récemment a été équipé de volets bio-réactifs constitués d'algues. Les façades bio-adaptives ainsi obtenues permettent de fournir l'énergie qui lui est nécessaire.

L'Agence d'architecture autrichienne Spitterwerk a mis au point ce concept de façade à base d'algues. Ce projet innovant baptisé BIQ a été construit en Allemagne, dans la ville de Hambourg. Le début du chantier remonte à 2011 et l'immeuble a été livré récemment.

Les façades bio-adaptives de ce bâtiment passif sont constituées de micro-algues intégrées dans les parois. Le BIQ permet ainsi à un bâtiment d'accéder à une certaine autonomie énergétique. Comment ? Grâce au recours à l'énergie solaire et à la photosynthèse ainsi qu'au recyclage de l'énergie solaire.

Des volets bio-réactifs constitués de micro-algues habillent l'immeuble. Ce système permet un développement rapide des algues, en leur offrant les conditions favorables à leur survie. Il ne reste plus alors qu'à capter l'énergie thermique qui émane des algues. Cette énergie sert ensuite à l'alimentation en énergie de l'édifice. La présence des algues en façade et sur les volets permet en outre de créer de l'ombre, améliorant le confort intérieur.

 

 

Un cycle régulier

Les algues sont alimentées en continu avec des nutriments liquides et du dioxyde de carbone via un circuit d'eau indépendant qui circule à travers la façade. Grâce à la lumière du soleil, les algues peuvent réaliser leur photosynthèse et croître. Les algues se multiplient ainsi dans un cycle régulier et peuvent être récoltées. Elles sont ensuite séparées et transférées sous forme de pulpe épaisse dans une chambre technique. Les plantes sont alors mises à fermenter dans une usine externe, permettant de produire du biogaz.

Le projet BIQ est le résultat d'une collaboration entre l'agence autrichienne Spitterwerk, Strategic Science Consult of Germany (SSC), le bureau d'ingénierie britannique ARUP et Colt International. A noter que le projet est au coeur du salon international de la construction IBA qui se tient cette année à Hambourg.

 

Un article de L.P, publié par batiweb.com et relayé par SOS-planete

 

 

Légende amérindienne : la part du colibri, pour un monde plus humain (hymne à la Vie !!!)

Découvrez nos posts qui font le buzz cet été sur la plage

Testament oral d'un Ancien à ses enfants et petits-enfants (Version audio en cours de réalisation pour le mois d'octobre, avec l'intervention des enfants de la Terre)

L'Actualité sur votre mobile du site étrange qui dérange même les anges !

Moyenne de juillet : 6499 visiteurs par jour

 





Auteur : L.P

Source : www.batiweb.com