La composition exacte des CHEMTRAILS enfin dévoilée. Quels vrais danGers pour la santé des citoyens?

Des agriculteurs cherchent à louer des abeilles pour le printemps - Le Vrai d'UFO's ;o)

Accueil

Cette actualité a été publiée le 26/03/2013 à 12h56 par Fred.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Des agriculteurs cherchent à louer des abeilles pour le printemps

 

En dix ans, la France a perdu 15 000 apiculteurs. La mortalité des abeilles et la disparition des apiculteurs bouleversent la pollinisation des cultures.

Parce qu'il y a de moins en moins d'abeilles dans la nature et d'apiculteurs dans les campagnes, de plus en plus d'agriculteurs louent des ruches pour les aider à polliniser leurs cultures.

Avant, la pollinisation était assurée gratuitement par des apiculteurs amateurs qui avaient quelques ruches au fond de leurs jardins. Mais aujourd'hui, beaucoup ont jeté l'éponge face à la hausse de la mortalité des abeilles. Selon le dernier recensement de 2005 : en 10 ans, la France a perdu 15.000 apiculteurs.

Pour pallier ce manque, l'agriculteur n'a pas d'autre choix que d'installer ponctuellement des ruches au milieu de ses champs.

"Il t'appelle et te demande 200 ruches pour la floraison. Si vous ne pollinisez pas un champ d'amandiers, vous arrachez vos arbres", explique Jean-Yves Foignet, président de l'Institut de l'abeille et apiculteur bio en Corse.

Les producteurs de melon, de kiwi, certains arboriculteurs, les producteurs de semences de nombreux légumes, de tournesol ou colza sont les principaux concernés.

"Si on veut faire des semences de colza hybrides, on a besoin que l'abeille transporte le pollen des rangs mâles aux rangs femelles", illustre Jean-Christophe Conjeaud de l'association des agriculteurs multiplicateurs de semences oléagineuses (Anamso).

Cette "pollinisation dirigée" permet d'"homogénéiser" les rendements et d'obtenir des semences de meilleure facture qui germent mieux, selon lui. L'abeille, prestataire de service donc.

33 euros la ruche

Une prestation qui rapporte en moyenne 33 euros par ruche (pour 20 à 60 jours) et assure à l'apiculteur un complément de revenus, selon une étude de l'Institut de l'abeille datée d'octobre.

En France, le phénomène ne cesse de prendre de l'ampleur et s'organise. L'Anamso et le Gnis (interprofession des semences) viennent de mettre en place beewapi.com, plate-forme de mise en relation entre agriculteurs et apiculteurs, en phase de test depuis mai 2012.

Du mal à trouver des ruches

Objectif : "que chaque demande de ruches émanant des producteurs soit couverte par une offre de qualité".

Il faut dire qu'en 2012, les producteurs de colza ont eu du mal à trouver des ruches.

Méfiance face au colza Cruiser

"L'année dernière, on a planté pour la première fois en France du colza Cruiser (du suisse Syngenta) et ça a créé un blocage chez beaucoup d'apiculteurs qui ne voulaient pas exposer leurs cheptels à ce pesticide" accusé de contribuer au déclin des colonies d'abeilles, raconte Olivier Belval, président du principal syndicat d'apiculteurs (Unaf).

Si le problème ne devrait pas se reproduire - le Cruiser a été interdit sur le colza en juin dernier - le précédent a marqué les esprits. Et les agriculteurs cherchent à obtenir des assurances auprès des 2.000 apiculteurs professionnels français. Mais ces derniers redoublent de prudence, craignant une dérive vers le modèle américain.

Aux USA, apiculteurs-loueurs

Aux Etats-Unis, les apiculteurs sont avant tout des loueurs de ruches. Ils font du miel en bonus, explique M. Belval.

Les ruches s'y louent 150 dollars et sont trimballées des champs d'amandiers en Californie aux pommiers de la côte Est, selon l'apiculteur ardéchois.

Le problème : la gestion industrielle de l'abeille (un apiculteur a facilement 15.000 ruches contre quelques centaines en moyenne en France) fragilise les colonies. L'abeille est lâchée dans un vaste champ en monoculture, son alimentation s'appauvrit, elle devient plus faible. Du coup la ruche a besoin d'antibiotiques (bannis en France) et ses défenses immunitaires baissent, énumère M. Belval.

"Là-bas, on considère le miel comme un sous-produit de la ruche", s'inquiète-t-il.

A ce jour en France, de nombreux professionnels louent leurs ruches mais aucun ne pratique exclusivement cette activité. Pour l'instant...

 

Un article de Jean Crozier, publié par corse.france3.fr et relayé par SOS-planete

 

SOS-planete, c'est environ 5500 visiteurs par jour ! 32 millions depuis la conception en 1999. Pourtant, l'association terresacree.org qui édite le site repose actuellement sur à peine 95 adhérents et 9 lanceurs passionnés.
N'acceptez pas le crime organisé ! Rejoignez la Force ! Apportez votre petite pierre à une évolution compatible avec la Vraie Vie...

 

Ce post vous est transmis grâce au dispositif mis en place par l'équipe bénévole des lanceurs d'alerte de SOS-planete. Si vous jugez son contenu intéressant, n'hésitez pas à le partager au sein de votre entourage proche et virtuel (contacts, réseaux sociaux). Un petit clic qui se propagera naturellement sur la Toile. Merci de participer, à votre façon, à cette tâche d'information et d'éveil des consciences, donc à la sauvegarde de notre planète vivante et de l'Humanité.

 

Le module de news "Comment va la belle bleue ?" en grand écran

Lance-toi ! Deviens lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage ! - Alertes

Recevoir chaque jour les infos scientifiques dans sa boite aux lettres

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Mine de connaissances - Contacter l'équipe : vivant12)at(free.fr

 

Auteur : Jean Crozier

Source : corse.france3.fr

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Fred
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.