Des accélérateurs de particules pour recréer les explosions de supernovae - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 22/02/2011 à 21h26 par Tanka.


DES ACCÉLÉRATEURS DE PARTICULES POUR RECRÉER LES EXPLOSIONS DE SUPERNOVAE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Des accélérateurs de particules pour recréer les explosions de supernovae

 
Selon une récente publication de l'European science Foundation, deux super-accélérateurs nouvelle génération devraient bientôt voir le jour. Successeurs du Large Hadron Collider du Cern, ceux-ci seront capables de générer les conditions extrêmes d'explosions de supernovae.

Selon les scientifiques, entre 3.500 et 7.000 éléments chimiques manqueraient encore à l'appel dans le tableau périodique. Pour tenter de trouver une partie de ces atomes, des physiciens européens ont donc décidé de mettre au point une série de nouvelles machines géantes : des accélérateurs de particules qui succéderaient au Large Hadron Collider (LHC) actuellement utilisé par le Cern à Genève. Détaillées dans une récente publication du comité de l'European science Foundation, ces deux nouvelles générations d'accélérateurs seront capables de récréer les conditions extrêmes des supernovae, ces explosions d'étoiles à l'origine de la matière et dont les températures atteignent plus de 100 milliards de degrés.

En effet, les scientifiques pensent que les atomes manquants sont générés pendant les supernovae et ont une durée de vie extrêmement courte. En reproduisant ces explosions grâce aux accélérateurs, ils espèrent donc pouvoir observer ces éléments et par là même, répondre à des questions fondamentales sur les atomes et leur création. Baptisé Facility for Antiproton and Ion Research (Fair), le premier accélérateur basé en Allemagne, formera une double boucle de plus d'un kilomètre de circonférence et collisionnera les atomes à deux reprises pour produire des températures 1.000 fois supérieures à celles du centre du Soleil.

Des révélations sur la création des atomes

"FAIR générera de la matière environ 10 fois plus dense que ce dont est capable le LHC, afin que cela ressemble au centre d'une étoile à neutrons", a expliqué au Telegraph le Pr Guenther Rosner de l'université de Glasgow et membre du comité. D'un coût supérieur à un milliard d'euros, l'accélérateur pourra également produire des faisceaux d'antimatière qui permettront de produire de nouveaux types de particules.

De même le second accélérateur du projet, l'European Isotope Separation On-Line (EURISOL), présentera de nombreux avantages. "Grâce à cette approche, toute la puissance est absorbée par la cible qu'heurtent les particules. Celle-ci peut alors produire les atomes instables synthétisés par les explosions de supernovae", a commenté le Dr Yorick Bluemenfeld de l'Institut de physique nucléaire de France qui mène le projet EURISOL.

Si les scientifiques espèrent voir leurs études futures révéler de nouveaux aspects de l'univers, les deux projets pourraient également apporter de nouvelles idées pour générer de l'énergie, fournir des nouveaux outils pour la médecine voire produire des matériaux encore inconnus.

 
Nous aider

Lance-toi! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage!

Le site étrange qui dérange même les anges!

 





Auteur : Info rédaction

Source : www.maxisciences.com