Dernier rapport du GIEC : confirmation du potentiel des énergies renouvelables - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 17/05/2011 à 21h58 par Tanka.


DERNIER RAPPORT DU GIEC : CONFIRMATION DU POTENTIEL DES ÉNERGIES RENOUVELABLES

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Dernier rapport du GIEC : confirmation du potentiel des énergies renouvelables

 
Après plus de quatre jours de négociations, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) a présenté, lundi 9 mai à Abou Dabi, un rapport qui "conclut que près de 80% de l'approvisionnement mondial en énergie pourrait être assuré par des sources d'énergies renouvelables d'ici au milieu de ce siècle si l'effort est soutenu par des politiques publiques adéquates" (...).

Ce scénario permet de contenir l'augmentation de la température moyenne dans le monde en-deçà de deux degrés Celsius au 21e siècle, conformément à l'objectif agréé par les pays dans les accords de Cancún, explique le service d'information de l'ONU. C'est un "rapport historique" estime notamment le WWF. "Il montre que le rapide et potentiellement moins cher développement des énergies renouvelables peut subvenir aux besoins de plus de deux milliards de personnes à l'échelle de la planète en matière de santé, de sécurité, d'emplois nouveaux et d'opportunités technologiques" résume l'ONG.

* Un rapport historique selon le WWF

"Avec l'adoption de mesures convergentes en faveur du climat et de l'énergie, les sources d'énergie renouvelable sont susceptibles de contribuer sensiblement au bien-être de l'homme en fournissant de l'énergie de manière durable et en stabilisant le climat", a déclaré le Professeur Ottmar Edenhofer, coprésident du Groupe de travail III lors de la présentation officielle du rapport.

"Toutefois, un accroissement notable des énergies renouvelables constitue un véritable défi tant technique que politique", a-t-il ajouté. M. Youba Sokona, coprésident du Groupe de travail III, considère que : "le rôle que pourraient jouer les technologies des énergies renouvelables dans la satisfaction des besoins des pauvres et la croissance durable dans les pays développés et en développement, pourrait engendrer une forte polarisation des opinions. Le présent rapport du GIEC apporte un certain nombre de précisions fort utiles au débat visant à informer les gouvernements des options possibles et des décisions à prendre si l'on veut que le monde se lance collectivement sur la voie d'un développement équitable, économe en ressources et sobre en carbone".

M. Ramon Pichs, coprésident du Groupe III, renchérit : "Le rapport montre que ce n'est pas tant la disponibilité des ressources que les politiques publiques mises en place qui permettront ou non de développer les énergies renouvelables dans les décennies à venir. Et les pays en développement ont un rôle important à jouer dans cet avenir-là. En effet, c'est là que vit la plupart des 1,4 milliard d'individus qui n'ont pas accès à l'électricité, et c'est donc là que les conditions optimales sont réunies pour déployer les énergies renouvelables".

Lors de cette présentation officielle, M. Rajendra Pachauri, président du GIEC, a déclaré : "Le GIEC a fait la synthèse des informations disponibles les plus fiables et les plus pertinentes afin de proposer à la communauté internationale une évaluation scientifique des perspectives offertes par les énergies renouvelables en vue d'atténuer les effets des changements climatiques. Le Rapport spécial offre aux décideurs une base solide pour leur permettre d'affronter, en toute connaissance de cause, les défis majeurs du XXIe siècle".

Ce rapport sera incorporé à un ouvrage plus important du GIEC dans le cadre de la préparation de son cinquième Rapport d'évaluation. Le rapport de synthèse de ce dernier devrait être parachevé en septembre 2014.

Le Rapport spécial sur les sources d'énergie renouvelable et l'atténuation des effets des changements climatiques, approuvé par les représentants gouvernementaux de 194 nations, analyse le taux actuel de pénétration sur le marché de six grandes familles d'énergie renouvelable et leur potentiel de déploiement au cours des prochaines décennies.

Les six grandes familles d'énergie renouvelable sont les suivantes :

* La bioénergie : couvre notamment les cultures énergétiques, les résidus issus des forêts, de l'agriculture et de l'élevage, ainsi que les biocarburants dits de deuxième génération ;
* L'énergie solaire directe : notamment le solaire photovoltaïque et le solaire thermodynamique ;
* L'énergie géothermique : basée sur l'extraction de la chaleur emmagasinée dans les profondeurs de la Terre ;
* L'énergie hydraulique : englobe les projets de centrales d'éclusées ou au fil de l'eau et les barrages-réservoirs ;
* L'énergie marine : des barrages aux technologies faisant appel aux courants marins ou à l'énergie thermique des mers ;
* L'énergie éolienne : filières terrestre et marine.

Plus de 160 scénarios scientifiques portant sur le potentiel de pénétration du marché des énergies renouvelables à l'horizon 2050 ont été étudiés, ainsi que leurs implications environnementales et sociales ; quatre d'entre eux ont fait l'objet d'une analyse approfondie. Les quatre scénarios sélectionnés sont représentatifs de l'ensemble des technologies. L'objectif était d'examiner les futurs mondes possibles, d'analyser d'autres voies de développement socio-économique et d'évolution technologique.

Les chercheurs ont en outre étudié les difficultés liées aux modalités d'intégration des énergies renouvelables dans les systèmes énergétiques existants et à venir, notamment à l'approvisionnement des réseaux de distribution, ainsi que les avantages et les coûts potentiels liés à une telle évolution. Alors que les scénarios se bornent à fournir une fourchette d'estimation, les conclusions générales du rapport indiquent que les énergies renouvelables sont vouées à occuper une part accrue sur le marché de l'énergie.

Le scénario le plus optimiste parmi les quatre ayant fait l'objet d'une étude approfondie prévoit que les énergies renouvelables compteront pour au moins 77 % des besoins énergétiques mondiaux à l'horizon 2050, permettant de fournir de 314 à 407 exajoules (EJ) par an. À titre de comparaison, 314 EJ correspondent à plus de trois fois l'approvisionnement énergétique annuel des États-Unis d'Amérique en 2005, et à un niveau similaire pour le Continent européen selon diverses sources gouvernementales et indépendantes.

 
Pour lire la suite, cliquer sur « Lien utile » ou « Source ».

 
Un article de David Naulin, publié par cdurable

 
Vous aimez notre travail ? Alors merci de nous soutenir

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 





Auteur : David Naulin

Source : www.cdurable.info