Dérives : Un Britannique père de 600 enfants ! - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 09/04/2012 à 21h52 par Mich.


DÉRIVES : UN BRITANNIQUE PÈRE DE 600 ENFANTS !

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Dérives : Un Britannique père de 600 enfants !

 

L'homme, propriétaire d'une clinique de fertilité, aurait usé de son propre sperme pour féconder des patientes.

Bertold Wiesner et son épouse Mary Barton ont fondé une clinique de fertilité dans les années 1940. En tout, ils ont aidé des femmes a concevoir pas moins de 1 500 bébés.

Dans un premier temps, on pensait que la clinique avait recours aux services d'un très petit nombre de donneurs de sperme. Selon le site du Telegraph, il s'avère que près de 600 bébé pourraient avoir été conçus avec le sperme de Bertold Wiesner himself. C'est ce qu'ont prouvé des tests ADN : sur 18 personnes conçus dans cette clinique entre 1943 et 1962, deux tiers avaient pour père biologique Bertold Wiesner.

En extrapolant ces chiffres à l'ensemble des enfants conçus dans cette clinique, on estime que l'homme serait le père biologique de 300 à 600 enfants.

Cette pratique est bien évidemment illégale, d'autant plus que les femmes qui venaient dans cette clinique ignoraient que la majorité des échantillons de sperme provenaient de Bertold Wiesner.

Un même donneur ne doit pas être utilisé pour créer autant d'enfants, explique le Telegraph. Le risque étant que deux d'entre eux se rencontrent une fois adultes et fondent à leur tour une famille. Ce qui pourrait donc causer de graves problèmes génétiques chez leurs enfants.

 

Un article lu sur The Telegraph, publié par atlantico.fr

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : lu sur The Telegraph

Source : www.atlantico.fr