Dérèglement climatique, sommes-nous préparés à ça ? - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 12/09/2011 à 22h52 par Kannie.


DÉRÈGLEMENT CLIMATIQUE, SOMMES-NOUS PRÉPARÉS À ÇA ?

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Dérèglement climatique, sommes-nous préparés à ça ?

 

La France vient de connaître la sécheresse la plus importante depuis cinquante ans.

Hausse des températures, canicules et augmentation des phénomènes d'îlots de chaleur urbain... Comment les villes vont-t-elles s'adapter ?

En présence de Jean Jouzel, vice-président du Groupe d'Experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat (GIEC), Nathalie Kosciusko-Morizet a présenté le 20 juillet dernier le premier plan français d'adaptation au changement climatique.

Le GIEC (Groupe d'Experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat) prévoit une augmentation de la température moyenne mondiale de 1,1°C à 6,4°C d'ici à la fin du siècle. Plus localement, dans les villes surtout, cette augmentation remet en cause un confort d'usage acquis depuis des siècles.

Géométrie des rues, typologie du bâti, matériaux, usages : il faut trouver des solutions qui permettront de s'adapter et de limiter les risques sanitaires liés aux épisodes caniculaires, et de réduire la consommation d'énergie fossile en vue de diminuer les émissions de gaz à effet de serre...

Pour qu'elles continuent d'être des lieux de vie et d'activité confortable, il faut repenser les villes avec de nouveaux outils et de nouvelles règles.

La méthode d'Elioth, filiale du groupe Egis

Au sein d'Elioth, climatologues, énergéticiens et architectes ont mis au point une méthode pour traduire et convertir les données climatiques déjà disponibles en besoins énergétiques et en indicateurs de confort : ces calculs permettent, notamment, de mesurer combien de kWh seront nécessaires pour rafraîchir les bâtiments en cas de fortes chaleurs et d'évaluer les modifications du comportement climatique du bâti.

Les nouveaux indicateurs fournis par Elioth suivent l'évolution potentielle de la température de l'air heure par heure sur une période donnée : le nombre d'heures par jour dépassant les 28 degrés permet alors d'induire les impacts sur la consommation d'énergie dans les bâtiments. Un premier scénario climatique modéré conclut à une augmentation de 100% des besoins de refroidissement de 2050 à 2100 (exprimés en DJU ou Degrés Jour Unifiés). Un deuxième, plus pessimiste, atteint un taux de 400%...

Ces conclusions montrent que la demande de rafraîchissement risque de devenir l'enjeu majeur des villes de demain soumises aux effets combinés des changements atmosphériques, de l'augmentation de la population, des activités industrielles polluantes, du trafic automobile, des effets d'îlots de chaleur urbains...

Conjointement, les pics de demande de froid vont aussi engendrer une saturation de la capacité d'approvisionnement...
 

Un article de Plusbellematerre, publié par Free

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Plusbellematerre

Source : actualite.portail.free.fr