Découverte d'une nouvelle espèce de corail - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 31/07/2013 à 10h52 par Fred.


DÉCOUVERTE D'UNE NOUVELLE ESPÈCE DE CORAIL

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Découverte d'une nouvelle espèce de corail

 

C'est un événement rare : une nouvelle espèce de corail a été découverte aux îles Gambier, en Polynésie française. Elle a été nommée Echinophyllia tarae en l'honneur de l'expédition Tara qui a permis de la recueillir.

« C'est un peu étonnant que personne ne l'ait répertorié avant car c'est un corail très visible, avec ses colorations variées, relève Francesca Benzoni, coordinatrice scientifique pour Tara Oceans et biologiste à l'université de Milan. Il n'est pas non plus discret par sa taille et il est présent par centaines aux îles Gambier. »

Le nouveau corail a été observé sur 18 des 24 sites des îles Gambier étudiés par l'expédition Tara Oceans en 2011. Si une telle présence passée inaperçue peut sembler étrange au premier abord, il faut savoir que les coraux des îles Gambier n'avaient plus été étudiés depuis plus de 40 ans. Le dernier scientifique à avoir travaillé sur place est le Français Jean-Pierre Chevalier.

Une espèce oubliée ?

« Très honnêtement, quand je suis tombée sur l'Echinophyllia tarae, je ne pensais pas à une découverte. Je voyais bien qu'il avait une tête bizarre mais je pensais que c'était peut-être un juvénile », nous raconte Francesca Benzoni. La biologiste ne voulait pas non plus douter du travail de Jean-Pierre Chevalier, « un très bon scientifique. »

Mais malgré une grande hétérogénéité de formes et de couleurs chez ces coraux durs, qui rend l'identification parfois difficile, le squelette calcaire d'Echinophyllia tarae présentait une taille et un aspect bien différent des autres espèces connues.

 

 

Alors, après avoir complété son échantillonnage, la jeune Italienne a mené son enquête pour s'assurer que le nouveau corail n'avait jamais été observé auparavant. Au Muséum d'histoire naturelle de Paris, elle a fouillé dans les cahiers de terrain du biologiste français. Elle y a trouvé une courte description d'un échantillon pouvant convenir : « Echinophyllia encroutant, couleur vert foncé, mais peut être espèce différente ».

Malheureusement, le fameux échantillon est aujourd'hui perdu dans l'immensité de la collection du musée. « La collection de Jean-Pierre Chevalier a été déplacée d'un département à l'autre et l'échantillon manquant a pu rester caché quelque part, explique la biologiste italienne. Nous avons tout tenté pour le retrouver mais c'est comme chercher une aiguille dans une botte de foin. »

Beaucoup d'échantillons n'ont pas encore été traités dans les méandres du Muséum. Il est donc impossible de savoir si ce corail Echinophyllia tarae a déjà été observé. La scientifique attend maintenant les résultats des données génétiques pour compléter son étude universitaire. Elle a fait comparer les séquences aux huit autres coraux de la famille Echinophyllia pour déterminer la date de naissance de cette nouvelle espèce, ou plutôt « le moment où le corail a évolué pour former une espèce à part entière », précise Francesca Benzoni. La découverte de cette nouvelle espèce met en lumière notre méconnaissance des coraux et de leur diversité.

Or, les coraux, qui sont à la base de notre écosystème, font face à de nombreuses menaces : réchauffement climatique, acidification des océans, pêche déraisonné, pollutions diverses...

Plus de 60 % des récifs coralliens dans le monde se trouvent aujourd'hui sous la menace directe et immédiate de pressions d'origine locale.

Si l'on ajoute le stress thermique, environ 75 % des récifs coralliens sont considérés comme menacés.

 

 

« La découverte d'une nouvelle espèce est très importante car il est préférable de les connaître pour organiser leur protection, explique la biologiste. Il y a un très haut tôt de symbiose chez les coraux qui rend indispensable la préservation de chaque espèce. » Les nouvelles espèces découvertes chaque années se comptent sur les doigts d'une main.

Mais lors de la prochaine expédition du voilier Tara, actuellement dans le grand nord, Francesca Benzoni espère bien découvrir encore de nouvelles espèces. Les coraux, et notamment les coraux durs à l'origine des récifs, sont à la base de complexes écosystèmes sous-marins. « Je voudrais échantillonner d'autres sites de l'océan Pacifique », précise-t-elle. Tara Oceans repartira en 2014.

 

Un article de Figaro Nautisme, publié par lefigaro.fr et relayé par SOS-planete

 

 

Légende amérindienne : la part du colibri, pour un monde plus humain (hymne à la Vie !!!)

Découvrez nos posts qui font le buzz cet été sur la plage

Testament oral d'un Ancien à ses enfants et petits-enfants (Version audio en cours de réalisation pour le mois d'octobre, avec l'intervention des enfants de la Terre)

L'Actualité sur votre mobile du site étrange qui dérange même les anges !

Mardi : 6352 visiteurs

 





Auteur : Figaro Nautisme

Source : nautisme.lefigaro.fr