Nous ne sommes, en définitive, que de la poussière d'étoiles et cela devrait nous remettre en place

Découverte d'une microalgue à la radiotolérance exceptionnelle - Demain l'Homme

Accueil

Cette actualité a été publiée le 11/04/2013 à 11h18 par kannie.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager par mail
Découverte d'une microalgue à la radiotolérance exceptionnelle

 

Une nouvelle microalgue très radiotolérante a été isolée d'une piscine de refroidissement de combustibles nucléaires ; les chercheurs ont analysé les propriétés de cette espèce inédite et entrevoient de nouvelles stratégies de bioremédiation *1*.

Son nom : Coccomyxa actinabiotis.

Cette petite algue unicellulaire, qui vient d'être découverte, peut résister à une irradiation de 20 000 Gy, soit 2000 fois plus que la dose létale pour l'Homme. Il s'agit du premier organisme eucaryote *2* connu supportant d'absorber des rayonnements ionisants aussi puissants. Jusqu'ici, seules des bactéries telles Deinococcus radiodurans en étaient capables.

Deux semaines suffisent à Coccomyxa actinabiotis pour retrouver une croissance normale après une irradiation de 10 000 Gy, ont observé les chercheurs du CEA-iRTSV, à Grenoble.

Autre atout de cette microalgue : elle concentre les radionucléides. Elle s'avère en effet 10 000 fois plus radioactive que l'eau de la piscine de refroidissement car elle peut emmagasiner la majeure partie des radionucléides présents dans l'eau, à savoir entre 80 et 100 % de l'argent, du césium, du zinc, du cobalt, de l'uranium et du carbone 14. Cette efficacité est comparable à celle des procédés physico-chimiques classiquement utilisés pour la décontamination.

Un bioréacteur pilote a été monté par le CEA et l'Institut Laue-Langevin pour fournir une preuve de concept ; il permettra d'optimiser une stratégie de bioremédiation. En outre, les chercheurs souhaitent décrypter les mécanismes biochimiques et génétiques mis en place par Coccomyxa actinabiotis pour résister aux irradiations et concentrer les radionucléides.

 
*1* Cultures d'organismes vivant (plantes, bactéries) sur des sites pollués en vue de les nettoyer

*2* Les eucaryotes sont constitués de cellules pourvues d'un noyau entouré par une membrane et dont l'ADN est porté par les chromosomes. Ils s'opposent aux procaryotes (bactéries), unicellulaires et dépourvus de noyau

 

Un article de enerzine.com, relayé par  

SOS-planete

 

 

SOS-planete, c'est environ 6000 visiteurs par jour ! 32 millions depuis son lancement en 1999. Pourtant, l'association terresacree.org qui édite le site repose actuellement sur à peine 95 adhérents et 7 lanceurs passionnés.
N'acceptez pas le crime organisé ! Rejoignez la Force ! Apportez votre petite pierre à une évolution compatible avec la Vraie Vie...

 

Ce post vous est transmis grâce au dispositif mis en place par l'équipe bénévole des lanceurs d'alerte de SOS-planete. Si vous jugez son contenu intéressant, n'hésitez pas à le partager au sein de votre entourage proche et virtuel (contacts, réseaux sociaux). Un petit clic qui se propagera naturellement sur la Toile. Merci de participer, à votre façon, à cette tâche d'information et d'éveil des consciences, donc à la sauvegarde de notre planète vivante et de l'Humanité.

 

Lance-toi ! Deviens lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Contacter l'équipe : vivant12)at(free.fr

 

Auteur : Enerzine

Source : www.enerzine.com

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter kannie
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.