Découverte d'indicateurs bactériens pour les zones pauvres en oxygène - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 23/04/2013 à 18h46 par kannie.


DÉCOUVERTE D'INDICATEURS BACTÉRIENS POUR LES ZONES PAUVRES EN OXYGÈNE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Découverte d'indicateurs bactériens pour les zones pauvres en oxygène

Les zones mortes : une menace pour l'environnement ©Nasa
 

Des chercheurs de l'Institut Leibniz de recherche sur la Mer Baltique de Warnemünde (IOW, Mecklembourg-Poméranie occidentale) ont identifié une bactérie qui pourrait servir d'indicateur biologique caractéristique des zones présentant des concentrations en oxygène très faibles.

Le protozoaire, nommé SUP05, a été observé dans plusieurs zones marines et représente donc un potentiel indicateur mondial de l'hypoxie marine *1*. Par ailleurs, ce micro-organisme aurait également la capacité de dégrader les composés soufrés toxiques formés dans des conditions hypoxiques et agirait donc comme agent détoxifiant de la colonne d'eau.

Conséquemment aux changements climatiques et au déversement de nutriments issus de l'agriculture dans l'écosystème marin, il existe une tendance mondiale d'expansion des zones anoxiques, aussi appelées "zones mortes", où seule l'activité microbienne subsiste.

La Mer Baltique, et plus particulièrement la région du Skagerrak (détroit entre le sud de la Norvège, la région suédoise du Bohuslän et le nord-ouest de la région danoise du Jutland), constitue un système intéressant pour étudier la diversité et l'activité des micro-organismes du fait de la présence d'une des plus importantes "zones mortes" au monde.

 

Carte mondiale des "zones mortes" (Nasa)
 

Les résultats de la nouvelle étude menée par les chercheurs de l'IOW ont montré que 15 à 30% de tous les organismes unicellulaires présents dans les échantillons récoltés dans les zones d'hypoxie de la Mer Baltique étaient des protozoaires SUP05.
Celui-ci serait donc un indicateur significatif des zones hypoxiques.

"SUP05" est connu pour sa symbiose avec les coquillages des dorsales océaniques et les sources hydrothermales profondes mais son rôle écologique et physico-chimique n'est pas encore entièrement connu. Seule sa capacité à dégrader les composés soufrés a été étudiée. Cette activité empêche que les composés toxiques n'entrent dans la chaîne alimentaire lorsqu'ils atteignent les zones proches de la surface où vivent de nombreux organismes pélagiques (plancton, poissons, etc.).

Les futurs travaux de recherche visent à comprendre davantage les cycles de matières dans l'écosystème de la mer Baltique. De plus, en collaboration avec des groupes de recherche au Canada et au Chili, différentes souches de SUP05 seront analysées afin de comparer leur patrimoine génétique en lien avec leur rôle dans l'écosystème marin.

 

*1* Hypoxie et anoxie sont des termes relatifs à une faible concentration en oxygène

 

Source : Site internet de l'Institut Leibniz de recherche sur la Mer Baltique Warnemünde (IOW)

 

Un article de Clément Guyot, publié par bulletins-electroniques.com et relayé par SOS-planete

 

Ce post vous est transmis grâce au dispositif mis en place par l'équipe bénévole des lanceurs d'alerte de SOS-planete

 

N'acceptez pas le crime organisé ! Rejoignez la Force ! Apportez votre petite pierre à une évolution joyeuse, compatible avec la Vraie Vie...

 

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 





Auteur : Clément Guyot

Source : www.bulletins-electroniques.com