Décodage du génome d'un ravageur des forêts canadiennes : le dendroctone du Pin - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 14/04/2013 à 11h03 par kannie.


DÉCODAGE DU GÉNOME D'UN RAVAGEUR DES FORÊTS CANADIENNES : LE DENDROCTONE DU PIN

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Décodage du génome d'un ravageur des forêts canadiennes : le dendroctone du Pin

Il était une fois le dendroctone du pin ponderosa, un coléoptère brunâtre pas plus gros qu'un grain de riz qui ravageait les forêts de l'ouest canadien. Tant et si bien qu'il finit par y augmenter la température d'un degré tout l'été

 

Le génome du dendroctone du Pin Ponderosa, l'insecte qui a dévasté des forêts entières de pins lodgepole en Colombie-Britannique, a été décodé par des chercheurs de l'Université de Colombie-Britannique (UBC) de Vancouver et du Centre Canadien Mickael Smith Genome Sciences.

C'est une première concernant cette espèce, et seulement la deuxième fois qu'un génome d'insecte est décodé. Ce génome est décrit dans une étude publiée récemment dans le journal Genome Biology.

"Nous en savons beaucoup sur l'action des insectes", dit Christopher Keeling, un chercheur au Laboratoire Mickael Smith. "Mais sans une cartographie du génome, nous ne savons exactement comment ils procèdent". "Le fait de séquencer le génome de ce dendroctone nous procure une nouvelle information qui peut être utilisée pour nous aider à gérer des épidémies dans le futur".

En effet, une épidémie récente a détruit plus de 15 millions d'hectares de forêts de pins avec des impacts environnementaux majeurs sur la santé des forêts, mais également sur l'économie du bois. Cette épidémie a été en partie provoquée par le changement climatique, et va contribuer à augmenter les émissions carbonées à cause des forêts en décomposition.

Le génome a révélé de grandes variations parmi les individus d'une même espèce, environ quatre fois plus importantes que les variations constatées chez les humains.

"Alors que différentes gammes d'insectes se développent et qu'elles se dirigent vers des forêts de pins pour lesquelles les armes défensives peuvent être différentes, ces variations pourraient les rendre plus efficaces dans de nouveaux environnements", dit Keeling.

 

 

Les chercheurs ont isolé des gènes qui peuvent aider à détoxifier des composés trouvés sous l'écorce de l'arbre, où vit cet insecte. Ils ont également trouvé d'autres gènes qui dégradent les parois cellulaires de la plante, ce qui permet au parasite de se nourrir de nutriments provenant de l'arbre.

Keeling et ses collègues ont également découvert un gène bactérien qui s'est introduit dans le génome de cet insecte. Celui-ci permet à une enzyme de digérer les sucres. "Elle pourrait être utilisée pour digérer des tissus ligneux et/ou les microorganismes qui se développent dans les réseaux creusés sous l'écorce par le dendroctone", dit Keeling. "Les transferts de gènes rendent quelquefois les organismes plus efficaces dans leur environnement".

 

Un article de Marty-Dessus, publié par bulletins-electroniques.com et relayé par SOS-planete

 

Ce post vous est transmis grâce au dispositif mis en place par l'équipe bénévole des lanceurs d'alerte de SOS-planete

 

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 





Auteur : Didier Marty-Dessus - Attaché scientifique à Vancouver

Source : www.bulletins-electroniques.com