De plus en plus de retraités ont faim - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 07/12/2011 à 20h45 par Tanka.


DE PLUS EN PLUS DE RETRAITÉS ONT FAIM

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
De plus en plus de retraités ont faim

 
Les organismes qui oeuvrent pour aider les démunis à se nourrir remarquent une hausse des demandes d'aide alimentaire et une modification du profil de ceux qui en ont besoin. Aux personnes qui n'ont pas de revenus s'ajoutent de plus en plus de retraités.

C'est ce que constate Moisson Rive-Sud, situé à Boucherville et qui dessert toute la Montérégie. Depuis deux ans, l'organisme a remarqué une hausse de plus de 50% de la demande. «Le coût de la vie augmente. Les gens doivent payer le logement et souvent, la dernière chose qu'ils font, c'est remplir le frigidaire», explique Lysa Villeneuve, coordonnatrice, financement et événement chez Moisson Rive-Sud.

Elle note aussi qu'il n'y a plus seulement les gens qui n'ont pas de revenus qui cognent à la porte de l'organisme. «C'est flagrant, l'augmentation des personnes âgées qui ont besoin. Souvent, elles priorisent les médicaments avant de se nourrir et n'ont pas toujours de l'aide de la famille. Certaines personnes ont des maladies et n'ont pas d'assurance. Elles se retrouvent avec rien. Mais la vie continue.»

Chez Action bénévole de Varennes, on note une hausse d'environ 30% de la demande depuis les dernières années, passant d'une vingtaine de familles à une trentaine qui viennent chercher de la nourriture chaque semaine. Cependant, la récolte de denrées et d'argent demeure stable.

L'organisme a aussi remarqué une augmentation du nombre de retraités dans la clientèle comparativement aux autres années. «Leur revenu n'est plus suffisant pour tout payer», souligne Gilles Latour, président d'Action bénévole de Varennes, dont la clientèle est majoritairement composée de familles monoparentales.

Temps des Fêtes

Moisson Rive-Sud craint de ne pas avoir suffisamment de nourriture pour aider les démunis au cours de la période des Fêtes. Moisson Rive-Sud remet les denrées aux organismes et n'aide pas directement les familles. Mais lorsque le 24 décembre approche, une vingtaine de familles appellent directement pour obtenir de l'aide.

«On est leur dernier recours. Ils n'ont rien à mettre sur la table et ne savent plus quoi faire», soutient Mme Villeneuve.

Action bénévole de Varennes ne note pas une hausse marquée des demandes durant la période des Fêtes, puisque le Club Optimiste donne des paniers de Noël aux démunis.

La Guignolée des médias

Moisson Rive-Sud ne bénéficie pas des fruits de la Grande Guignolée des médias. «On ne peut pas bénéficier de l'élan de générosité des gens en cette période. Nous recevons beaucoup des corporations, mais la Guignolée des médias s'est aussi tournée vers elles. On craint qu'ils ne soient pas en mesure de nous donner autant que les autres années.

Sur les 65 organismes qu'on aide, seulement 13 reçoivent de la guignolée», indique Mme Villeneuve. Elle souhaiterait que Moisson Rive-Sud puisse travailler de concert avec la guignolée.

De concert avec la municipalité et les commerces, une guignolée est organisée pour Action bénévole de Varennes. Cette année, 450 boîtes de denrées ont été récoltées, soit 50 de plus que l'an passé, mais un peu moins d'argent. Action bénévole de Varennes reçoit des denrées de Moisson Rive-Sud.

Autant pour Moisson Rive-Sud que pour Action bénévole de Varennes, des supermarchés récoltent des denrées non périssables jusqu'au 24 décembre.
 

Un article de Martine Veillette, publié par Monteregieweb
 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Martine Veillette

Source : monteregieweb.com