De plus en plus d'événements climatiques extrêmes - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 18/11/2011 à 20h48 par Tanka.


DE PLUS EN PLUS D'ÉVÉNEMENTS CLIMATIQUES EXTRÊMES

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
De plus en plus d'événements climatiques extrêmes

 
Dans un rapport publié vendredi, le Giec analyse la vulnérabilité des pays face aux risques liés aux changements du climat.

Cyclones et pluies torrentielles sous les tropiques, sécheresse en augmentation «au cours du XXIe siècle durant certaines saisons et dans certaines régions», poursuite de l'érosion des côtes et des inondations en raison «de la hausse du niveau de la mer», fonte des glaciers et disparition du permafrost (terre gelée en permanence) dans certaines régions de montagnes...

Le dernier rapport du Giec (groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) consacré aux événements climatiques extrêmes ne se montre pas très optimiste sur les évolutions attendues au cours du siècle. L'Europe de l'Ouest pour sa part devrait être plus particulièrement concernée par les vagues de chaleur comme en 2003.

Les chercheurs réunis à Kampala (Ouganda) ont compilé les milliers de publications se rapportant au sujet. Ils rappellent dans un document encore provisoire - le texte définitif doit être publié vendredi - que les changements climatiques dont le réchauffement des températures, «vont conduire à des changements dans la fréquence, l'intensité, la répartition géographique et la durée des événements climatiques extrêmes pouvant aboutir à une situation sans précédent».

Au cours du siècle dernier, la température moyenne s'est accrue de 1°C. Selon différents scénarios, le Giec estime que les températures pourraient encore augmenter entre 1° et 3°C d'ici à 2050 et jusqu'à 5°C à la fin du siècle si rien n'est fait pour arrêter la hausse constante des émissions de gaz à effet de serre.

Chaque mot sera soupesé

C'est l'un des grands enjeux de la conférence sur le climat qui se tient à la fin du mois à Durban en Afrique du Sud durant quinze jours. Cette conférence placée sous l'égide l'ONU est la 17e du genre. Il y a deux ans à Copenhague, les 192 chefs d'États et de gouvernements s'étaient engagés à réduire les émissions de gaz à effet de serre afin de maintenir une hausse de la température mondiale en dessous de 2°C.
 

 
Les scientifiques du Giec prennent toutefois la peine de relativiser certaines de leurs projections faute d'avoir des études en nombre suffisant et des statistiques fiables dans plusieurs pays ou régions du globe. Ils rappellent également que toutes les populations ne sont pas exposées de la même manière.

«La vulnérabilité des populations et les pertes sont souvent concentrées dans les pays ou régions à faibles revenus même si les pays développés sont aussi vulnérables aux climats extrêmes.» L'impact des événements extrêmes est également étroitement lié au degré de préparation des pays ainsi qu'à leur capacité à réagir. «Certaines régions vont devenir inhospitalières» précise les scientifiques ce qui pourrait entraîner des mouvements de population.

Chaque mot du rapport final qui devait être achevé au cours de la nuit sera soupesé. Les scientifiques du Giec gardent en effet en mémoire la bronca qui a suivi l'an dernier la divulgation d'une erreur dans leur dernier gros rapport sur le changement climatique datant de 2007.

Ce rapport thématique doit participer au contenu du prochain, le cinquième du genre. Il sera publié en 2014.
 

Un article de Marielle Court, publié par Figaro
 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Marielle Court

Source : www.lefigaro.fr