De nouveaux réservoirs basaltiques pour stocker le CO2 - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 07/01/2010 à 16h17 par Tanka.


DE NOUVEAUX RÉSERVOIRS BASALTIQUES POUR STOCKER LE CO2

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
De nouveaux réservoirs basaltiques pour stocker le CO2

Information recueillie par Tanka

D'immenses réservoirs, capables de stocker le dioxyde de carbone sous forme solide, garantis sans fuite et proches des grands centres urbains ? Une aubaine pour les projets de capture et séquestration du dioxyde de carbone ! Une équipe américaine présente ces réservoirs géologiques si attrayants, situés... aux Etats-Unis.

Alors que se multiplient les projets de capture et stockage du CO2 de part et d'autre de l'Atlantique, des scientifiques américains présentent une nouvelle zone, immense, apte au stockage souterrain du gaz carbonique. Qui plus est, cette zone possède l'avantage d'être constituée de basalte. En son sein, le dioxyde de carbone injecté sous pression et sous forme liquide se transformera finalement en une roche solide ressemblant à du carbonate de calcium (de la craie). Le risque d'une fuite du CO2 capturé serait ainsi éliminé.

La localisation des zones permettant un stockage sûr du CO2 dans les formations géologiques est l'un des problèmes scientifiques les plus pressants. En effet, si l'idée d'extraire le carbone de l'atmosphère et de le mettre dans un grand trou est séduisante, le risque d'une fuite du gaz carbonique est à prendre en compte. Une fuite pourrait en effet annihiler en partie les efforts coûteux de séquestration et même provoquer localement des intoxications dans le cas où le CO2 s'accumulerait dans une zone cloisonnée, telle une cuvette.

L'injection dans des formations basaltiques est donc très avantageuse par rapport aux autres possibilités de stockages géologiques (aquifères salins, anciennes mines de charbon...). Selon les travaux de l'équipe de David Goldberg du Lamont-Doherty Earth Observatory (Université de Columbia), la province magmatique de l'Atlantique central offre des opportunités très intéressantes.

Cette formation basaltique, qui s'étend en mer le long de la côte Est des Etats-Unis et jusqu'en sous-sol du continent, pourrait donc fournir des réservoirs importants et sûrs pour le stockage du CO2.

Par ailleurs, la proximité des sites terrestres de cette formation, à priori viables économiquement, et des grands centres urbains rendrait les opérations de capture, de transport et de séquestration plus aisées. A contrario, les sites offshores seraient plus coûteux à exploiter mais assureraient de plus grandes capacités de stockage et une sécurité accrue sur le long terme.

D'après les chercheurs, le petit bassin de Sandy Hook pourrait à lui seul accueillir près d'un milliard de tonnes de CO2, soit la production de quatre centrales à charbon d'un gigawatt pendant 40 ans. Cacher donc dans un grand trou ce CO2 que je ne saurais voir !

Par Grégoire Macqueron - Source : Futura-Sciences

Pour en savoir plus sur la situation planétaire