De nouveaux écrans qui consomment 70% d'énergie en moins - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 09/02/2010 à 15h07 par Jacques.


DE NOUVEAUX ÉCRANS QUI CONSOMMENT 70% D'ÉNERGIE EN MOINS

  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
De nouveaux écrans qui consomment 70% d'énergie en moins

La start-up Prysm, basée à St Jose, a récemment mis au point le Laser Phosphor Display (LPD). Au lieu d'avoir recours à des cristaux liquides (LCD) ou à des semi-conducteurs électroniques (LED) pour afficher des images sur un écran, ce procédé utilise des couches de phosphore intégrées dans une structure solide (telle que le verre par exemple).

Ce support luminescent peut être sollicité avec précision par un jeu de lasers colorés combiné à un système de miroirs pour assurer alors une restitution graphique de grande qualité.

Cette innovation présente d'importants progrès par rapport aux solutions d'affichage actuelles (LCD, plasma et rétro-projection) :

Une sobriété énergétique impressionnante

Selon ses concepteurs, la technologie d'affichage LPD utilise jusqu'à 70 % d'électricité en moins que les systèmes conventionnels. On approche ici l'ordre de grandeur de la différence de consommation entre une ampoule à incandescence à une lampe à LED.

Ces économies s'expliquent assez facilement. D'une part, le procédé s'affranchit largement des processus de filtration ou de polarisation la lumière (utilisés généralement pour réaliser le rétro-éclairage des dalles), qui sont habituellement gourmands en énergie.

D'autre part, les diodes lasers employées produisent des faisceaux d'intensité variable, qui restent inactives s'il n'y a rien à afficher (zone sombre ou noire à l'écran par exemple). Ainsi, l'énergie employée par le système correspond quasiment au cumul des besoins liés à la génération les faisceaux qui composent les images successives.

Une variété de formes et de dimensions d'affichage
Les pixels de phosphore intégrés au support peuvent avoir, selon le besoin, des tailles et gabarits spécifiques. On peut donc imaginer l'adaptation du procédé aussi bien à des écrans de taille modeste qu'à de réels murs d'images, en utilisant en guise de pixel tantôt de minuscules carrés, tantôt de larges bandes.

Une grande qualité d'image

Sur le site du constructeur nous est assurée une image brillante, fluide et rafraîchie rapidement.

Une réelle robustesse

Le phosphore est inactif lors du processus d'affichage. Aussi l'écran, au sens support, est quasi inerte et donc intrinsèquement plus robuste. De plus, le fait que les lasers ne soient activés qu'au besoin améliore l'efficacité du système électronique et prolonge d'autant sa durée de vie.

Enfin, la société Prysm semble vouloir s'impliquer pleinement dans l'éco-conception, en optant pour un cycle de production présentant un faible impact écologique, en retenant des procédés de fabrication non toxiques qui intègrent des matériaux facilement recyclables.

Si, à l'usage, cette technologie s'avère réellement robuste, économe, efficace et adaptable à de larges surfaces, il ne fait aucun doute qu'on la retrouvera rapidement dans toute forme d'écrans ou de systèmes projections personnels et professionnels, avec, à la clef, des économies d'énergie substantielles.

Source : calitel.eu

Info sélectionnée par Jacques

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........