Les habitants préfèrent voir leur tour s'effondrer en direct sur canapés ! Ne sont-ils plus habités?

De la biodiversité sauvage aux plantes cultivées, les paysans domesticateurs - Le Vrai d'UFO's ;o)

Accueil

Cette actualité a été publiée le 13/05/2010 à 16h41 par Apache.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
De la biodiversité sauvage aux plantes cultivées, les paysans domesticateurs

La biodiversité des plantes cultivées a été façonnée par l'action des agriculteurs depuis les premiers temps de la domestication.

L'effort international de préservation des ressources phytogénétiques conduit à porter une attention accrue aux pratiques des paysans du Sud et à leur rôle dans le maintien de ces ressources et de leur potentiel adaptatif.

L'igname est une plante alimentaire majeure dans les zones tropicales.

Des chercheurs de l'IRD et de l'Université d'Abomey-Calavi au Bénin ont analysé l'impact d'une pratique traditionnelle de culture sur la diversité génétique des ignames au Bénin.

Ils ont constaté qu'à travers l'ensemble du pays, des paysans collectent des ignames dans la savane ou la forêt afin d'ensemencer leurs champs.

Les analyses génétiques ont montré que cette pratique permet d'enrichir la diversité des ignames cultivées, que l'on pensait figée en raison de leur multiplication habituelle par voie asexuée.

Or, les agriculteurs créent des variétés correspondant à de nouvelles combinaisons génétiques produites par la reproduction sexuée des ignames sauvages et cultivées.

Ce système, qui associe reproduction sexuée et asexuée, permet de maintenir et de diffuser les plantes les plus intéressantes, tout en préservant la capacité d'évolution de l'igname cultivée.

La conservation institutionnelle des ressources génétiques des plantes cultivées s'est longtemps appuyée sur les seules banques de gènes.

La reconnaissance du rôle des agriculteurs dans la genèse et le maintien de la diversité génétique des plantes cultivées a conduit à promouvoir au plan international des stratégies de conservation dans les agrosystèmes où cette diversité a évolué.

Cependant, développer cette conservation in situ nécessite une meilleure compréhension des conséquences évolutives de l'utilisation de la diversité génétique par les paysans.

Cultivée pour son tubercule, l'igname (Dioscorea spp.) est une plante de grande importance alimentaire dans la zone tropicale.

L'igname cultivée est multipliée par voie végétative, c'est-à-dire avec une reproduction asexuée : les champs traditionnels sont ensemencés avec des fragments de tubercules provenant des récoltes précédentes.

Seules les mutations sont susceptibles d'enrichir ce patrimoine génétique alors qu'il est menacé d'érosion, notamment en raison de l'abandon de certaines variétés.

Les espèces d'ignames sauvages, au contraire, se reproduisent sexuellement.

En Afrique de l'Ouest, des études ethnobotaniques ont raporté une pratique particulière appelée "ennoblissement".

Les cultivateurs collectent dans la savane ou la forêt des ignames sauvages et les plantent dans leurs champs.

Après plusieurs années de culture, les plantes qui développent un tubercule de morphologie proche de variétés cultivées sont choisies par le cultivateur pour être multipliées.

Les processus biologiques impliqués dans la transformation morphologique du tubercule et son maintien à travers les générations sont inconnus, mais une équipe, associant des chercheurs de l'IRD et de l'Université d'Abomey-Calavi, a réalisé une analyse aprofondie des conséquences génétiques de cette pratique au Bénin.

.../...

Source : www.futura-sciences.com

Pour lire la suite de cet article, cliquer sur "Lien utile"

Le point sur les OGM

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Apache
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.