Dans le Tarn, d'étonnants poissons se mettent à chasser... le pigeon (vidéo) - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 11/12/2012 à 13h15 par kannie.


DANS LE TARN, D'ÉTONNANTS POISSONS SE METTENT À CHASSER... LE PIGEON (VIDÉO)

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Dans le Tarn, d'étonnants poissons se mettent à chasser... le pigeon (vidéo)

 

Ils s'appellent martins-pêcheurs, cormorans, fous de Bassan, manchots, pélicans, macareux, etc. Tous ces oiseaux ont en commun de franchir l'interface air-eau pour attraper leurs proies, des poissons. Mais l'on n'a pas vraiment l'habitude de voir des poissons leur rendre la pareille, surtout en eau douce (en mer, certaines espèces de requins mettent des volatiles à leur menu).

C'est pourtant ce qui se passe dans le Tarn –la rivière– depuis peu, où des poissons, des silures, se sont mis à chasser le pigeon, ainsi que le relate une étude française publiée ce mercredi 5 décembre par PLoS ONE.

Comme me l'a expliqué un des auteurs de cet article, Frédéric Santoul, du Laboratoire Ecologie fonctionnelle et Développement, "des pêcheurs nous ont signalé ce comportement et nous avons voulu vérifier s'il était anecdotique ou pas".

Précisons que ce chercheur travaille sur l'influence que peuvent avoir des espèces récemment introduites sur leur nouveau milieu et que le silure glane, dont il est question dans l'étude et qui est le plus gros poisson d'eau douce d'Europe, n'est arrivé dans le Tarn qu'en 1983.

 

Machoire de silure

 

Du juin à octobre 2011, l'équipe scientifique a dressé un poste de surveillance depuis un pont sur le Tarn, à Albi. Le site était intéressant car il surplombait une petite île caillouteuse au bord de laquelle les pigeons se regroupaient pour boire et faire un brin de toilette.

Au cours des 24 séances d'observation de trois heures chacune, les chercheurs ont comptabilisé 54 attaques dont 15 ont été couronnées de succès.

Curieusement, les silures ne s'en prenaient pas aux pigeons immobiles, sans doute parce qu'ils ne se servaient pas d'indices visuels pour les repérer mais plutôt des vibrations de l'eau que les oiseaux produisaient en y bougeant.

Pour se saisir de leur proie, les poissons jaillissaient brièvement hors de l'eau dans des attaques-éclairs. Certains n'hésitaient pas à sortir plus de la moitié de leur corps de la rivière et à s'échouer sur les cailloux de la rive, imitant sans le savoir ces orques qui se jettent sur les plages pour attraper des phoques. Il leur fallait ensuite se tortiller pour retourner dans l'eau, avec ou sans prise.

 
Vous pouvez voir, sur la vidéo ci-dessous, quelques-unes de ces attaques, réussies ou ratées.
 

 

(...)

Pour le moment, les auteurs de l'étude ignorent la raison de ce nouveau comportement de prédation. Selon Frédéric Santoul, "on n'a pas constaté de tendance à la baisse de la communauté piscicole dans le secteur".

L'étude suggère que les espèces récemment introduites sont davantage susceptibles d'adapter leur comportement à leur nouvel environnement, ce qui peut augmenter les chances d'une implantation réussie. Reste à savoir quelle sera la réponse des pigeons.

Pour l'heure, explique Frédéric Santoul, "ils n'ont pas encore intégré que l'attaque pouvait venir de l'eau. Pour eux, la prédation tombe du ciel, notamment avec les faucons pèlerins.

Sans doute, avec les reflets du soleil dans l'eau, les silures ne sont-ils pas faciles à voir mais, tout de même, il y a tellement peu de fond là où les pigeons se trouvent que, quand ces gros poissons approchent, leur dos finit par sortir de l'eau. Mais les pigeons ne réagissent pas. Peut-être faudra-t-il attendre plusieurs générations pour voir une adaptation de leur part à ces nouveaux prédateurs."

 

Pour lire la totalité de cet article de Pierre Barthélémy, publié par passeurdesciences.blog.lemonde.fr et relayé par SOS-planete, cliquer ICI

 

Ce post vous est transmis grâce au dispositif mis en place par l'équipe bénévole des lanceurs d'alerte de SOS-planete. Si vous jugez son contenu intéressant, n'hésitez pas à le partager au sein de votre entourage proche et virtuel (contacts, réseaux sociaux). Un petit clic qui se propagera naturellement sur la Toile. Merci de participer concrètement, ou à votre façon, à cette tâche d'information et d'éveil des consciences, donc à la sauvegarde de notre planète vivante et de l'Humanité.

 

Le module de news "Comment va la belle bleue ?" en grand écran

Lance-toi ! Deviens lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage ! - Alertes

Recevoir chaque jour les infos scientifiques dans sa boite aux lettres

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Mine de connaissances - Contacter l'équipe : vivant12)at(free.fr

 





Auteur : Pierre Barthélémy

Source : passeurdesciences.blog.lemonde.fr