Cuba : développement humain élevé, empreinte écologique faible - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 10/12/2011 à 12h41 par Kannie.


CUBA : DÉVELOPPEMENT HUMAIN ÉLEVÉ, EMPREINTE ÉCOLOGIQUE FAIBLE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Cuba : développement humain élevé, empreinte écologique faible

 

Cuba est un leader mondial en pratiques écologiquement soutenables. C'est le seul pays à avoir commencé une transition à grande échelle d'une agriculture conventionnelle, lourdement dépendante des carburants fossiles vers un nouveau paradigme agricole appelé agriculture soutenable à faible niveau d'intrants.

Ces fermes fournissent environ 80% des fruits frais, des légumes, des herbes et des plantes médicinales consommées par les citadins. Elles sont maintenant complétées par des «ceintures vertes» en bordure de ville avec pour objectif l'autosuffisance locale et la soutenabilité écologique.

Cuba a été le 1er pays à remplacer toutes les ampoules à incandescence par des ampoules à fluorescence économes en énergie et à interdire la vente des ampoules à incandescence.

L'île a aussi ouvert la voie en matière de décentralisation de la production électrique en installant des milliers de générateurs diesel de la taille d'un container là où on en avait besoin. Cela a diminué les pertes liées au transport de l'électricité et a rendu le réseau moins vulnérable aux coupures.

De nombreuses usines sucrières brûlent les déchets de la canne à sucre pour produire de l'électricité pour le réseau et les écoles rurales et d'autres installations sociales ont été équipées de panneaux solaires.

Les vélos, mode de transport soutenable, ont fait l'objet d'une promotion et les communautés locales jouent un rôle clé dans le recyclage.

Les surfaces boisées augmentent du fait d'efforts de reforestation. Des récifs coralliens aux forêts denses, le réseau de zones protégées de Cuba en fait le joyau de la Caraïbe.

Cuba souffre de problèmes écologiques sérieux, des récentes sécheresses sévères et des inondations, qui peuvent être liées au changement climatique, à l'érosion du sol, la pollution, la diminution de la biodiversité, conséquences de pratiques passées et présentes peu soutenables.

Petit pays du Tiers-Monde soumis à un siège économique étasunien handicapant depuis 1962, Cuba n'a pas les moyens de se procurer les coûteuses technologies vertes. Pourtant, Cuba est devenue un laboratoire social pour l'application de pratiques soutenables dont les écologistes des pays développés tel l'Australie ne peuvent que rêver.

Une raison pour laquelle Cuba est le premier pays du monde en matière de pratiques soutenables est la pure nécessité : Cuba a dû s'adapter à une raréfaction aiguë de l'énergie, des matières premières, des biens manufacturés et des ressources financières, du fait de circonstances extérieures. [...]

Cuba s'est tournée vers les boeufs pour labourer les champs parce qu'elle n'avait pas le choix : des milliers de tracteurs soviétiques restaient inutilisés par manque de carburant, d'huile ou de pièces détachées. Mais une fois les agriculteurs habitués au boeuf, ils ont découvert qu'il offrait beaucoup d'avantages que n'ont pas les tracteurs, en particulier pour des exploitations agricoles de petite taille.

Les boeufs sont moins coûteux à "manoeuvrer", mangent de l'herbe au lieu de consommer du pétrole, compriment beaucoup moins le sol et produisent des engrais gratuits et naturels. Intégrés dans des systèmes agricoles conçus pour une soutenabilité écologique à faible coût, les boeufs sont un pas en avant autant qu'un pas "en arrière".

La nécessité est peut-être la mère de toutes les inventions, mais beaucoup de bonnes idées sur la façon dont il faut commencer la transition vers une civilisation plus soutenable écologiquement sont condamnées à rester marginales tant que le capitalisme domine la planète- alors même que les sociétés capitalistes font l'expérience de crises économiques de l'ampleur de la "Période Spéciale" de la Cuba post-soviétique.

La nature même du capitalisme tend à empêcher ces bonnes idées d'être appliquées à une échelle suffisamment grande. C'est principalement parce qu'il est plus rentable pour les grandes entreprises capitalistes de continuer à piller la planète.

La révolution socialiste cubaine a aboli la propriété capitaliste de richesses productives de grande taille et a remplacé le marché capitaliste par la planification centrale en vue de la satisfaction des besoins. Les mécanismes de marché, les coopératives et les petites entreprises privées ont un rôle subordonné.

A moins que le pouvoir des grandes entreprise ne soit renversé par un État basé sur l'auto-organisation des millions de travailleurs et de paysans qui produisent la majorité de la richesse sociale, le pouvoir économique restera un obstacle infranchissable pour l'Australie et pour les autres pays dirigés par l'élite des entreprises qui voudraient suivre l'exemple cubain.

Cuba pèse peu sur le globe

[...] Si le monde suivait l'exemple de Cuba, nous aurions seulement besoin des ressources d'une planète pour nous soutenir indéfiniment.

En contraste, si le monde suivait l'exemple de l'économie capitaliste de l'Australie, nous aurions besoin de 3,7 planètes semblables à la Terre. Tandis que le capitalisme global conduit l'humanité à la destruction de sa propre planète- dont les premières étapes se déploient sous nos yeux- le besoin de remplacer le capitalisme par un ordre social démocratique basé sur la propriété collective des richesses productives de grande échelle et la solidarité humaine se fera sentir de plus en plus vivement.

Cependant, les gens ne lutteront pour une telle société que si elle semble possible, réaliste et nécessaire. Là aussi Cuba est à l'avant-garde du monde. [...]

A la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique à Copenhague en 2009, les pays de l'ALBA ont dénoncé le capitalisme comme la racine de la crise écologique, et ont sabordé un accord secret qui aurait placé le fardeau sur les épaules des pays pauvres, qui sont les moins responsables de la hausse des émissions de gaz à effet de serre.

La conférence de Nations Unies sur le développement durable, l'année prochaine à Rio de Janeiro, au Brésil, marquera les 20 ans du premier sommet de la Terre des Nations Unies.

Il vaut la peine de rappeler les mots de l'ancien président cubain Fidel Castro, au sommet de 1992. Castro a signalé qu'un cinquième de la population du monde «consomme les deux tiers de tous les métaux et les trois quarts de l'énergie produite dans le monde»

«Ils ont empoisonné les mers et les rivières. Ils ont pollué l'air. [...]

«Les forêts disparaissent. Les déserts s'étendent. Des milliards de tonnes de sol fertile sont conquis par les eaux chaque année. De nombreuses espèces s'éteignent. [...]

«Assez d'égoïsme. Assez de combines pour dominer. Assez d'insensibilité, d'irresponsabilité, de tromperie. Demain, il sera trop tard pour faire ce que nous aurions dû faire il y a longtemps.»
 

Pour lire la totalité de cet article publié par reveil.over-blog.fr, cliquer ICI

 





Auteur : Marce Cameron, traduit de l'anglais par Marc Harpon

Source : reveilcommuniste.over-blog.fr