Croissance ou décroissance ? (vidéo) - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 15/10/2011 à 15h03 par Kannie.


CROISSANCE OU DÉCROISSANCE ? (VIDÉO)

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Croissance ou décroissance ? (vidéo)

 

Journalistes, ministres, statisticiens, économistes, syndicalistes, dans leur grande majorité, présentent la croissance économique comme le seul projet viable de société, le seul levier capable de nous apporter emplois, bonne santé économique et prospérité.

Pourtant, si le PIB mondial n'a cessé de croître ces 50 dernières années, les inégalités grandissantes entre individus et la surexploitation des ressources naturelles nous mènent tout droit à des impasses sociales et écologiques. L'idéologie de la croissance économique et matérielle indéfinie est-elle réellement facteur de développement, de progrès et de mieux-être pour l'humanité ? Ce modèle de société est-il durable et généralisable ?

L'heure du changement de logique semble venue, où le "toujours plus", effréné et insensé, laisse place à la sobriété heureuse, consciente et responsable.

En résumé, faire le choix de la croissance ou de la décroissance c'est :

  • prendre en compte les ressources dont nous disposons vraiment, individuellement et collectivement ;
  • nous demander si le PIB reflète vraiment la qualité de vie humaine et la satisfaction des habitants d'un pays dans une réflexion citoyenne personnelle et collective ;
  • faire les choix personnels qui sont en adéquation avec notre éthique, nos valeurs et notre vie personnelle, familiale et citoyenne, dans une contribution "cré-active" au quotidien.

L'impossible croissance illimitée sur une planète limitée

Chercher à tout prix une croissance économique illimitée sur une planète aux ressources limitées est un non-sens qui nous voit couper la branche sur laquelle nous sommes assis. Si tous les habitants de la terre se mettaient à consommer comme un occidental moyen, il nous faudrait l'équivalent de trois planètes pour subvenir aux besoins de tous.

Ce mode de vie et de ponction des ressources naturelles n'est ni généralisable ni soutenable à long terme.

Depuis la fin des années 70, l'empreinte écologique de l'humanité a dépassé la capacité biologique de la planète : nous consommons davantage de ressources que la terre ne peut théoriquement nous en fournir de manière pérenne.

Nous vivons au-dessus de nos moyens.

"The story of stuff", d'Annie Leonard, nous dévoile le cycle de vie de tous ces objets que l'on consomme au quotidien sans vraiment savoir d'où ils viennent ni où ils vont. Elle explique d'une façon ludique mais sérieuse comment fonctionne l'économie globale matérialiste et ses conséquences sur l'économie, l'environnement et la santé.

Accrochez vous, ça va vite mais c'est passionnant !

Vous pouvez voir le film, en VO sous-titrée en français, ICI

 

L'effet Kobe ou le non-sens de l'indice du PIB

Le PIB mesure sous forme monétaire la quantité de biens ou de services produits dans un pays sur une période donnée. Mais il ne prend nullement en compte les raisons ou les effets qualitatifs de ces productions. Outre la fracture sociale, la pollution, le réchauffement climatique, la destruction des écosystèmes, l'épuisement des ressources... sont non seulement ignorés mais parfois même comptabilisés de manière positive dans le PIB.

L'effet Kobe fait référence à un grave tremblement de terre au Japon, ayant touché des milliers de victimes, mais ayant permis de relancer l'économie par la reconstruction nécessaire des voiries, infrastructures, logements...

Les événements les plus destructeurs comme les inondations, les accidents de voiture, les hospitalisations... stimulent paradoxalement la croissance économique et haussent l'indice de «développement» d'un pays.

Que faire ?

Sortir de l'idéologie de la croissance indéfinie signifie pour chacun d'entre nous limiter nos prétentions, lâcher notre insatisfaction perpétuelle, renoncer à nos désirs de «toujours plus» et choisir la sobriété volontaire et heureuse.

Une société qui fait ce choix éthique et politique reconnecte ses priorités à l'essentiel : satisfaire les besoins fondamentaux de tous les citoyens, veiller à la répartition équitable des biens légitimes, édifier une organisation sociale et territoriale dans le respect de l'équilibre naturel, encourager la participation «cré'active» de chacun au service de l'intérêt collectif. Aux logiques de compétition et d'antagonisme, il est possible de substituer les valeurs de coopération et de complémentarité.

L'indicateur du PIB pourrait être abandonné pour laisser place à de nouveaux outils de mesure du progrès réel de l'humanité, qui tiendraient compte de l'adéquation du développement économique et matériel avec la capacité biologique de la terre et du bien-être social.

De nouvelles approches voient le jour : PID (Produit Intérieur Doux), IBH (Indice de Bonheur Humain), IDH (Indice de Développement Humain).

Croissance et fracture sociale

La croissance économique se calcule de manière globale sans prendre en compte le niveau d'équité de répartition des richesses entre individus. L'idée qu'elle serait un vecteur de réduction des inégalités n'est désormais plus recevable.

Bien au contraire, 20% des habitants de la planète s'accaparent 80% des ressources, les riches sont de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus nombreux. Selon les Nations Unies, les 225 personnes les plus riches ont une fortune supérieure à ce que gagnent chaque année les trois milliards d'individus les plus pauvres (soit près de la moitié de l'humanité !).

Les inégalités au sein d'un même pays ne cessent de croître également. En Europe centrale et de l'est, malgré un fort taux de croissance ces dernières années, la proportion d'habitants vivant avec moins de un dollar par jour est passée de 0,5% en 1990 à 3,5% en 2005.

La croissance, facteur de bien-être ?

Au regard des sociétés occidentales, où le stress, l'alcoolisme, la violence, les suicides, les maladies de dégénérescence, la solitude ne font qu'augmenter, travailler plus, dépenser plus, posséder plus, ne semble pas être un gage de bonheur.

La courbe de croissance économique dans les pays développés est d'ailleurs quasiment parallèle à celle des ventes en volume d'antidépresseurs. Ainsi, le PIB ne reflète-t-il pas la qualité de vie humaine et la satisfaction des habitants d'un pays.

On a ainsi de quoi s'interroger sur la pertinence de la croissance en tant qu'indicateur de progrès et se demander à quoi servent nos efforts acharnés pour son développement, si cela ne contribue pas à offrir plus de bonheur aux vivants ?

Serait-elle seulement une idéologie savamment distillée à toute l'humanité pour la défense des intérêts privés de quelques uns et communément admise par tous par habitude ou résignation ?

 

Un article publié par colibris-lemouvement.org

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 





Auteur : Colibris

Source : www.colibris-lemouvement.org