La côte d'Adam n'a plus trop la cote ! Cependant une paire de nos chromosomes a disparu. Etrange !

Crise des céréales : Après les subprimes, on spécule sur la nourriture - Demain l'Homme

Accueil

Cette actualité a été publiée le 08/09/2012 à 12h37 par kannie.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager par mail
Crise des céréales : Après les subprimes, on spécule sur la nourriture

 

Elle a grandi avec le mouvement altermondialiste. Et ne l'a pas lâché la trentaine passée. Aurélie Trouvé copréside aujourd'hui Attac en France, l'Association pour la taxation des transactions financières et l'action citoyenne.

Ce qu'Aurélie Trouvé dit moins, c'est qu'elle a suivi des études d'ingénieur agronome pour finalement devenir maître de conférences en économie. Sa spécialité : les politiques agricoles et alimentaires a l'Inra.

Alors, quand les prix des céréales s'envolent comme ils le font depuis le début de l'été, la jeune femme fait le lien entre ses deux activités : ce n'est pas parce qu'une sécheresse met à mal les récoltes américaines que les prix flambent en France, c'est bien plutôt parce que nous avons dérégulé les marchés. Rencontre.

Rue89 : Peut-on parler de crise alimentaire aujourd'hui ?

Aurélie Trouvé : On parle de crise alimentaire mondiale depuis 2008. On a assisté cette année-là à une forte augmentation des prix du riz, du blé, du lait. On a parlé d'émeutes –ou de révoltes– de la faim.

Mais l'indice des prix a été encore plus haut en 2011 !

En fait, la crise est continue depuis 2008 : les prix ne sont quasiment pas retombés. C'est le cas en particulier pour les céréales, le sucre et le maïs.

Pourquoi cette flambée des prix est-elle inquiétante ?

En France, un ménage consacre en moyenne 15% de son revenu à l'alimentation. Dans les pays du Sud, c'est plus de la moitié du revenu. Du coup, dans ces pays, la flambée des prix a des conséquences [PDF] encore plus dramatiques sur la consommation quotidienne de céréales, de maïs ou de sucre.

Bientôt, ce sont les produits laitiers et la viande qui risquent d'être touchés. Pour nourrir les élevages, il faut des céréales....

Or ceux-ci sont de plus en plus utilisés pour fabriquer des agrocarburants aux Etats Unis et dans l'Union européenne, ce qui réduit d'autant les stocks céréaliers des deux régions.

Mais il y a toujours eu des crises alimentaires, ce n'est pas nouveau ?

Cet été, il y a eu une sécheresse aux Etats-Unis, et les prix du maïs ont flambé de 25%. C'est ça la nouveauté : la volatilité des prix.

Autrement dit, maintenant, quand on a un petit déficit de production, ça flambe. Ce n'était pas le cas auparavant. Les prix restaient stables, ils ne s'affolaient pas au moindre changement de temps.
 

(...)

 

Pour lire la suite, cliquer ICI

 

Un article de Elsa Fayner, publié par rue89.com

 

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 

Auteur : Elsa Fayner

Source : www.rue89.com

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter kannie
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.