Création d'une commission élargie sur la question des OGM - La Pouëze - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 15/01/2010 à 04h14 par Michel95.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Création d'une commission élargie sur la question des OGM - La Pouëze

Information recueillie par Michel95

A diffuser...

Depuis deux ans, le Géves (groupe d' étude et de contrôle des variétés et des semences) est installé sur le site du château de l'Anjouère.

Ce groupement est amené, d'ici 2011, à tester en plein champ des cultures de semences OGM.

Mercredi, le directeur du site, Georges Sicard, était invité, avec une trentaine d'habitants de La Pouëze, à la création d'une commission municipale élargie.

Tout le monde voit en effet la nécessité d'informer rapidement la population sur les OGM (Si on peut aider ? Michel95): le Geves, en premier lieu, qui a prévu depuis deux ans la création d'un comité de suivi citoyen et qui est prêt à proposer des programmes d'information et des intervenants sur le sujet.

La municipalité qui, par la voix du maire, Jean-Claude Lecuit, n'a pas d'opinion toute faite sur les OGM : « Sur cette question très compliquée, on a besoin d'information, mais on ne veut pas de débat musclé où on se déchire. »

Le maire avait invité Jean-Pierre Jandot, de l'association Terre des sciences : celle-ci fait de la médiation scientifique dans le milieu scolaire et auprès du grand public.

« On pourrait proposer des intervenants sur certains domaines techniques ou économiques. »

Pour Philippe Porcher, agriculteur et riverain, « le Geves, on en a besoin, mais on a beaucoup à apprendre, comme sur la dissémination du pollen sur le maïs. »

Vigilance OG2M (organismes génétiquement modifiés et mutagénèse), la jeune association pouëzéenne, fera bien sûr partie de cette commission : elle dénonce clairement les risques liés à la culture en plein champ et comptera bien mener ses propres débats.

François Bonsergent, apiculteur, se dit inquiet pour la santé de ses abeilles mais propose une collaboration : « On pourrait les utiliser comme sentinelle en mettant quelques ruches à disposition du Geves. »

Georges Sicard rappelle que le Geves sera source de grande diversité d'espèces et variétés, certaines entomophiles, c'est-à-dire pollinisées par les abeilles.

« Il sera intéressant de travailler avec vous. »

Source : Ouest-France / Pays de la Loire / Angers / Brain-sur-Longuenée

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........

 

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Michel95
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr