Coton ouzbek : l'autre scandale de l'industrie textile - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 03/06/2013 à 21h30 par kannie.


COTON OUZBEK : L'AUTRE SCANDALE DE L'INDUSTRIE TEXTILE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Coton ouzbek : l'autre scandale de l'industrie textile

 
Depuis qu'en 2005 des ONG ont lancé les premières alertes, le travail forcé dans les champs de coton en Ouzbékistan continue. Aux Etats-Unis et en Angleterre, des ONG ou parlementaires remettent la pression sur la filière, tandis qu'en France, la grande distribution reste discrète.

Huit ans après la première alerte lancée par l'International Crisis Group, l'enrôlement forcé d'enfants pour la récolte du coton en Ouzbékistan a diminué, mais pour être largement remplacé par le recours à des adolescents et des adultes –plus d'un million au total, pendant la dernière récolte de l'automne 2012, d'après le rapport annuel de l'initiative Cotton campaign, une coalition d'ONG qui lutte contre le travail des enfants.

«La situation en termes de travaux forcés et d'enfants reste clairement critique en Ouzbékistan», écrivait de son côté l'OCDE en septembre 2012.

Alors qu'en ce moment, les projecteurs sont plutôt braqués sur le Bangladesh (voir ICI et ICI : Mobilisation sur les chaînes de sous-traitance après le drame du Rana Plaza), le sujet reste un enjeu de taille pour l'industrie textile.

D'après la présidente du groupe parlementaire anglais sur l'éthique dans la mode, Lola Young of Hornsey, intervenant en mars 2013 à Westminster, le coton ouzbek serait même le «scandale de la viande de cheval» du prêt-à-porter, dans la mesure où un grand nombre de vêtements vendus en Europe contiennent du coton ouzbek, à l'insu des consommateurs.

Car l'Ouzbékistan, cinquième exportateur de coton au monde, est le premier fournisseur du Bangladesh et un important fournisseur pour la Chine et la Turquie : 37% du coton ouzbek est exporté au Bangladesh et 27% en Chine, d'après le RSN (1).

 

 

Or, sauf à recourir exclusivement au coton bio ou équitable, les entreprises n'ont pas la traçabilité et les contrôles suffisants pour garantir l'absence de coton ouzbek dans leurs produits.

«Toute entreprise qui fabrique ou distribue des produits en coton provenant d'un de ces pays risque d'être exposée au coton ouzbek », estime le Responsible Sourcing Reso, un réseau à l'origine d'enquêtes récentes sur le sujet.

Connaître sa chaine d'approvisionnement

(...)

 

Pour lire la suite, cliquer ICI

 
(1) Le Responsible Sourcing Reso a été fondé par l'association américaine « As you Saw », qui organise depuis 1992 des actions d'engagement actionnarial et des campagnes de responsabilité d'entreprise

 

Un article de Thibault Lescuyer, publié par novethic.fr et relayé par SOS-planete

 

N'acceptez pas le crime organisé ! Rejoignez la Force ! Ralliez le Cercle des Anciens ! Apportez votre petite pierre à une évolution joyeuse, compatible avec la Vraie Vie...

 

 

Anonymous : avec Monsanto, les hackeurs prennent la situation à coeur ;o) (video)

Notre page officielle Facebook - Nos actualités sur votre mobile via Twitter

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

  Hier, 6062 visiteurs !!!

 





Auteur : Thibault Lescuyer

Source : www.novethic.fr