Corruption en Algérie: Le retour des prédateurs - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 27/01/2010 à 21h13 par Jacques.


CORRUPTION EN ALGÉRIE: LE RETOUR DES PRÉDATEURS

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Corruption en Algérie: Le retour des prédateurs

Info sélectionnée par Jacques

Corruption en Algérie | Le bateau Algérie prend eau de toutes parts. Le pays est très mal géré. La corruption est devenue un cancer qui a métastasé et qui a beaucoup touché des sphères dirigeantes dans l'impunité la plus totale. Ajouter à cela, des étrangers viennent chez nous, depuis un certain temps, violer les lois de notre pays.

En effet, des dirigeants du Golfe arabe se conduisent en « maîtres » chez nous. Notre confrère Liberté a annoncé qu'une centaine de véhicules saoudiens, dirigés par un prince de la famille royale, sont actuellement dans le Sud algérien qu'ils sillonnent d'est en ouest sur une distance de 2500 km pour chasser l'outarde, un oiseau dont les Proche-Orientaux sont friands pour ses pseudo-vertus aphrodisiaques.

Pourtant, l'espèce, en voie de disparition, est protégée par les règlements internationaux, auxquels l'Algérie a adhéré, et qu'une ordonnance du 15 juillet 2006 a renforcés.

Cette protection touche également d'autres animaux comme la gazelle. Et c'est le ministère de l'Agriculture qui a pour mission de faire respecter la loi. Or, contre toute logique, c'est lui qui délivre les autorisations de chasser aux émirs braconniers.

Plus grave encore, nos policiers et notre Gendarmerie nationale, censés faire respecter la loi, protègent ces prédateurs durant leur sale besogne. Non pas qu'ils soient complices car incontestablement, ils exécutent des ordres venus d'en haut, à l'instar des responsables des wilayas qui sont obligés de fermer les yeux contre leur gré et certainement avec colère aussi.

Nos correspondants à l'intérieur du pays évoquent d'ailleurs cette colère chez les populations des régions concernées dès que les chasseurs proche-orientaux se manifestent. Elles considèrent à juste titre qu'un crime se commet contre notre faune avec la complicité des responsables du pays.

Il est sûr qu'aucun wali ou ministre ne prendraient à eux seuls l'initiative d'autoriser les massacres de gazelles et d'outardes. Il faut chercher ailleurs. Une chose est sûre : l'Algérie est orpheline. Elle n'a plus de dirigeants capables de défendre sa dignité et ses intérêts fondamentaux. Même le fleuron de notre économie nationale n'a pas échappé à la destruction de l'Algérie.

Source : city-dz

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........