Corne de l'Afrique : 10 millions de personnes en danger de mort - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 25/07/2011 à 22h35 par Kannie.


CORNE DE L'AFRIQUE : 10 MILLIONS DE PERSONNES EN DANGER DE MORT

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Corne de l'Afrique : 10 millions de personnes en danger de mort

 

La catastrophe humanitaire qui frappe actuellement la Corne de l'Afrique, et en particulier la Somalie, met en danger de mort 10 millions de personnes. S'il ne faut pas négliger les effets des conflits existants, l'absence de stabilité dans certaines zones et les difficultés de gouvernance, la sécheresse sans précédent depuis vingt ans est une cause majeure de cette crise.

Nos équipes sur le terrain en Somalie témoignent de l'afflux massif de personnes sur nos programmes. Ainsi, dans le Sud du pays, 80 % des enfants qui se présentent dans nos centres nutritionnels souffrent de malnutrition aiguë.

Deux mauvaises saisons des pluies se sont succédées ; le manque d'eau a entrainé une perte de 50 % des récoltes, et une insuffisance de pâturages qui a donné lieu à une surmortalité du bétail. Face à la pénurie de céréales et à la hausse des prix alimentaires à l'échelle internationale, les prix des denrées ont monté en flèche.

La sécheresse cyclique dans la Corne de l'Afrique est notamment due aux effets des changements climatiques. Ces régions arides sont peuplées essentiellement de nomades souvent négligés par les autorités.

Cette crise démontre clairement combien il est primordial de développer la capacité de résilience des populations face aux chocs climatiques qui deviendront de plus en plus fréquents et sévères. Un nombre croissant de populations sera concerné, les mettant en situation de vulnérabilité, et affaiblissant des économies entières.

La communauté internationale doit démontrer son implication en finançant des programmes de prévention des catastrophes naturelles et d'adaptation aux changements climatiques.

Tandis qu'une réunion d'urgence a été convoquée par la FAO à Rome lundi 25 juillet, c'est une course contre la montre qui s'est engagée sur le terrain pour venir en aide aux millions de personnes affectées et plus particulièrement pour éviter le décès de 500 000 enfants directement menacés.

La communauté internationale doit immédiatement et massivement débloquer les fonds nécessaires pour faire face à cette catastrophe majeure.

Au-delà d'une réaction immédiate à cette urgence, une réponse aux causes sous-jacentes de cette crise doit également être apportée. Alors que la sécurité alimentaire mondiale est à l'ordre du jour du G20, les enseignements de la crise de la Corne doivent être tirés par les pays les plus riches du monde.

A Rome, la communauté internationale doit considérer la situation actuelle comme une urgence absolue et travailler à la mise en oeuvre de mécanismes pour éviter de tels drames qui ont un coût humain et économique dramatique pour le développement.

Pour prévenir ces crises, il faut non seulement investir à court terme dans la mise en place de stocks alimentaires d'urgence, mais aussi sur le long terme pour favoriser l'autonomie alimentaire des pays.

Une catastrophe humanitaire semble nécessaire pour attirer l'attention des dirigeants du monde sur ces questions pourtant cruciales. Espérons que d'ici le G20 de novembre, la mobilisation reste importante... Action contre la Faim et les autres ONG auront à coeur de le leur rappeler, si nécessaire.
 

Un article de François Danel (directeur général d'Action contre la faim), publié par Le Monde

 

Vous aimez notre travail ? Alors merci de nous soutenir

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de transmettre les meilleurs posts sur Facebook et autres réseaux sociaux.

 





Auteur : François Danel

Source : www.lemonde.fr