Copenhague : Obama fait bouger ses lignes - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 17/11/2009 à 17h47 par Michel95.


COPENHAGUE : OBAMA FAIT BOUGER SES LIGNES

  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Copenhague : Obama fait bouger ses lignes

Information recueillie par Michel95

S'il y a des croyants parmi vous, une prière ne serait pas de trop...

Est-ce la crainte d'une échec... cuisant à Copenhague, dont il devrait porter le chapeau ?

Est-ce le sentiment de voir la stratégie sino-américaine s'affaiblir après que le géant brésilien, mais aussi les pays d'Afrique et sans doute le Bengladesh et l'Inde aient rejoint l'initiative française ?

Toujours est-il que le Président Obama a manifestement fait bouger ses lignes depuis vingt-quatre heures.

En visite à Pékin, il déclarait suite à l'entretien avec son homologue Hu Jintao, qu'il fallait que la Conférence de Copenhague débouche sur un « accord immédiat ».

Mieux : « "Nous nous sommes mis d'accord, a-t-il dit, sur le fait que chacun de nous prendrait des actions de réduction significatives ( des gaz à effet de serre) et respecterait ces engagements".

Et d'ajouter : « "Notre but n'est pas un accord partiel ni une déclaration politique, mais plutôt un accord qui couvre toutes les questions dans les négociations".

Certes, à aucun moment, Barack Obama n'a évoqué des objectifs précis - au moins une fourchette - et contraignants, comme le demande l'Union Européenne.

Mais le ton a changé.

Pour autant l'esprit d'un condominium sino- américain se renforce sur les négociations climatiques puisque l'accord prévoit la création d'un centre de recherche sur l'énergie propre financé par l 'Administration nationale de l'énergie de Chine et par le Département américain de l'énergie.

Cassette : 150 millions de dollars sur cinq ans.

Il y a quelques jours, on ne parlait plus, dans un climat de pessimisme général, que d'une « déclaration politique » à Copenhague.

C'est mieux. Beaucoup mieux.

La preuve sans doute que l'urgence climatique objective , l'inquiétude de plus en plus vive des Pays du sud de subir très vite et très fortement les effets du réchauffement pèsent réellement sur les exécutifs.

Reste à savoir si les Etats-Unis s'engageront à Copenhague sur un date de signature d'un traité qui stipule explicitement la hauteur de réduction de leurs émissions carbone après le vote des lois environnementales au Congrès américain vers le mois d'avril.

A Bonn mi 2010 ?

A Mexico en décembre 2010 ?

Reste à savoir encore si les dirigeants de la Coopération Economique pour l'Asie Pacifique (Apec) qui viennent de refuser tout accord contraignant réviseront leurs positions.

Reste à savoir encore à quel hauteur et comment sera financé le plan d'aide technologique vert aux pays du sud estimé à quelques 100 Milliards d'€.

Corinne Lepage,lepage.jpeg première vice-présidente de la Commission Environnement du Parlement européen, n'excluait pas ce matin « que si les Etats-Unis se retrouvent coincés dans un corner, il peuvent peut-être enfin bouger ».

« Il est tout de même impressionnant, ajoute-t-elle, que l'Indonésie, 3° émetteur mondial de Gaz à effet de serre, affiche un possible effort de réduction de C02 entre 26% et 41%.

Si les Etats-Unis précisent leur engagement, on sera plus proche de 41% que du seuil plancher... »

Toujours selon Corinne Lepage, la solution d'une Taxe Tobin pour financer l'aide aux pays du Sud gagne chaque jour un peu en crédibilité y compris au Parlement Européen : « Les budgets des Etats sont mal en point, et je ne vois pas très bien où on peut lever de tels fonds si ce n'est sur les transactions financières ».

Pour illustrer son propos, Corinne Lepage fait remarquer que c'est à elle que le Groupe Libéral et démocrate a demandé un rapport sur la Taxe Tobin.

« C'est un signe, note-t-elle avec un sourie, car personne n'ignore que j'y suis favorable ».

Les coups de théâtre ne font que commencer.

On devrait voir très vite si on s'oriente versz un déblocage par le haut ou par un compromis cosmétique suite à la réunion qui se tient en ce moment même à Copenhague sous la présidence de de Connie Hedegaard, la ministre danoise de l'énergie et de l'environnement.

Guillaume Malaurie

 

Pour lire la suite de cet article, cliquer sur "Lien utile"

 

........

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........