Copenhague : le niveau des océans augmente beaucoup plus rapidement que prévu - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 15/12/2009 à 18h16 par Tanka.


COPENHAGUE : LE NIVEAU DES OCÉANS AUGMENTE BEAUCOUP PLUS RAPIDEMENT QUE PRÉVU

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Copenhague : le niveau des océans augmente beaucoup plus rapidement que prévu

Information recueillie par Tanka.

Copenhague, le niveau des océans augmente beaucoup plus rapidement que prévu. Un nouveau rapport présenté dans le cadre du Sommet de Copenhague sur le climat, estime qu'il faut tabler sur une augmentation du niveau des océans deux fois plus importantes que celle prévue par le GIEC, à savoir autour des un mètre d'ici 2100.

De nouvelles estimations sur l'augmentation du niveau des océans en raison du changement climatique, présentées ce lundi 14 décembre dans le cadre de la conférence des nations unies sur le climat de Copenhague (COP 15), montrent que le niveau des océans augmente beaucoup plus rapidement que les estimations du GIEC de 2007.

Dans un rapport publié époque en 2007, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) avait estimé que le niveau des océans monterait de 18 à 59 centimètres d'ici 2100.

Dans un nouveau rapport présenté dans le cadre du Sommet de Copenhague sur le climat, l'Observatoire de l'Arctique estime qu'il faut tabler sur une augmentation du niveau des océans deux fois plus importantes que celle prévue par le GIEC.

Selon le quotidien danois « Politiken », les prévisions du Groupe d'Experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat (GIEC) ne comprenaient pas les hausses du niveau des océans liées à la fonte des calottes glaciaires du Groenland et de l'Antarctique.

« L'annonce du jour est que d'ici 2100, le niveau des océans devrait augmenter de 0,5 à 1,5 mètres. Il s'agit d'une augmentation spectaculaire du niveau des mers au cours des 100 prochaines années, et c'est un phénomène qui nous posera à tous de graves problèmes », a déclaré le professeur Dorthe Dahl-Jensen avec l'Institut Niels Bohr à l'Université de Copenhague dans un article.

Cette étude, intitulée « La calotte glaciaire du Groenland dans un climat en changement : neige, eau, glace et pergélisol dans l'Arctique (SWIPA) 2009 », est présenté ce lundi lors d'une manifestation en marge de la conférence sur le changement climatique de l'ONU à Copenhague.

Cette évaluation est la première étude approfondie consacrée à l'évolution de la calotte glaciaire du Groenland sous l'influence des changements climatiques actuels. La calotte groenlandaise s'est étendue et rétractée de nombreuses fois en réponse aux changements climatiques, et elle sera particulièrement sensible au fort réchauffement climatique prévu pour les décennies et siècles à venir.

Les changements récemment observés dans la calotte glaciaire semblent montrer qu'elle réagit déjà de manière extrême aux changements climatiques, mais le volume qui disparaîtra lors des prochaines décennies demeure encore inconnu. La diminution de la calotte glaciaire du Groenland aura un impact local, régional et mondial sur l'environnement ainsi que sur les écosystèmes et les sociétés humaines.

Selon cette étude, l'ensemble des estimations du bilan massique indiquent que la calotte glaciaire du Groenland subit une perte globale de glace depuis le début des années 1990. Entre 1995 et 2000, la perte annuelle de glace estimée était en moyenne de 50 Gt. Mais entre 2003 et 2006, le niveau de perte a augmenté de manière spectaculaire pour atteindre une moyenne d'environ 160 Gt par an. Cette valeur équivaut à une montée annuelle du niveau des mers de 0,44 mm.

La perte massique observée depuis 1990 est une conséquence directe du réchauffement climatique au-dessus de la calotte glaciaire du Groenland. Le fort réchauffement prévu sous les latitudes septentrionales à l'avenir accentuera la perte massique de la calotte glaciaire du Groenland, avec des impacts locaux, régionaux et planétaires.

Or, si le réchauffement climatique devait causer une accélération générale de l'ablation glaciaire des glaciers émissaires, comme le laissent penser de récentes observations, la contribution de la calotte glaciaire du Groenland à l'élévation globale du niveau des mers pourrait atteindre 20 cm d'ici 2010, et peut-être même plus selon certains scénarios de réchauffement extrêmes.

De récentes projections relatives à l'élévation du niveau des mers d'ici 2100 intégrant la contribution de l'expansion thermique des océans et du reste des masses glaciaires du globe, outre l'eau de fonte de la calotte glaciaire du Groenland, prédisent une montée du niveau des océans de 1,0 (±0,5) mètre.

Pour en savoir plus sur la situation planétaire