Copenhague à deux doigts de l'échec en matière de transports - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 19/12/2009 à 10h59 par Tanka.


COPENHAGUE À DEUX DOIGTS DE L'ÉCHEC EN MATIÈRE DE TRANSPORTS

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Copenhague à deux doigts de l'échec en matière de transports

Information recueillie par Tanka

12 ans après Kyoto et 10 jours dans une COP15 totalement désorganisée à Copenhague, les négociations climatiques doivent encore identifier le chemin à suivre pour réduire les émissions internationales de l'aviation et du maritime. Si ces émissions sont laissées sans aucun contrôle, il sera difficile de maintenir un réchauffement climatique en dessous de 2 degrés d'ici 2050. Des mesures économiques pour maîtriser ces émissions permettraient de générer 25 à 37 milliards d'euros donnant l'occasion de rassembler les revenus nécessaires pour combattre les effets des dérèglements climatiques dans les pays les plus vulnérables. Malgré tous ces aspects, les négociateurs ont du mal à voir au-delà d'intérêts étroits et de positions politiques éculés.

Comme cela aurait pu être deviné lorsque l'échec est palpable, les délégations ont l'air de se retrouver sur le plus petit dénominateur commun – dans le cas des transports il s'agit du texte proposé par la Norvège. Même l'Union européenne, qui est venu à Copenhague déterminée à sortir de l'impasse en matière de bunkers en proposant des objectifs de réduction globaux et un processus accéléré au sein de l'International Maritime Organization (IMO) et de l'International Civil Aviation Organization (ICAO), semble au bord de jeter ses ambitions en l'air. Les pays les plus vulnérables qui bénéficieraient grandement des ressources issues de mesures telles que des taxes ou des marchés de quotas semblent également peu préparées à assumer de telles mesures ou sans aucun soutien, ayant de grands doutes quant à la possibilité de récupérer les ressources financières évoquées.

La proposition de la Norvège renvoie la responsabilité de l'action en matière de bunkers à l'ICAO et IMO sans aucun sens de l'urgence ou d'engagement chiffrés à réduire les émissions. Seul une vague référence est faite au maintien du réchauffement en dessous de 2 degrés. Il n'y a aucune référence au rôle pivot que les bunkers pourraient jouer dans le financement climatique. La proposition de la Norvège risque d'entretenir l'inaction et la paralysie politique.

Afin de rompre le blocage, les ONG appellent de leurs voeux à ce que:

- l'ensemble des délégations agissent en urgence sur la situation et fassent le lien entre l'action globale pour une réduction des émissions bunkers et un programme ambitieux de financement climatique pour les pays les plus vulnérables/

- l'accord de Copenhague s'accorde sur un niveau d'ambition, un cadre pour la redistribution des revenus et un rétro planning rapide permettant à l'ICAO et l'IMO de proposer des mesures globales.

- les Etats-Unis déclarent leur volonté d'utiliser les revenus issus des bunkers comme un moyen de finance climatique. Une telle déclaration des USA déclencherait rapidement une offre de la part des pays Annexe 1 de lutter contre les émissions des bunkers.

- les économies émergentes décident ensuite soit de participer à un accord global sur les bunkers, ou alors de voir des mesures régionales imposés par l'UE ou les USA sans aucun accès aux revenus générés.

- les LDC (Least Developped Countries) et l'AOSIS (Alliance Of Small Islands States) soutiennent un accord global sur les bunkers à condition que les routes qui concernent leurs pays soient exemptées et que les revenus aillent aux pays les plus vulnérables.

- les pays d'Amérique latine acceptent que les impacts commerciaux seront bas pour eux et que dans tous les cas, seront plus que compensés par un financement climatique.

- l'OPEP soutienne un accord bunker sous réserve qu'une partie des revenus soient utilisée pour les technologies propres dans le secteur.

Rappel : Cette liste de diffusion (et non de discussion) n'est pas modérée et permet à une communauté de plus de 500 personnes de partager des informations sur le changement climatique. Merci de ne pas répondre à ce message à toute la liste, sauf à y apporter une information supplémentaire circonstanciée (c'est à dire reposant sur une information publiée supplémentaire, émanant d'un organisme ou d'un auteur identifié, et/ou sur une réflexion documentée).

Pour en savoir plus sur la situation planétaire