Contre les méfaits de l'agriculture productiviste, allez voir le film de Coline Serreau ! - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 09/04/2010 à 22h09 par Jacques.


CONTRE LES MÉFAITS DE L'AGRICULTURE PRODUCTIVISTE, ALLEZ VOIR LE FILM DE COLINE SERREAU !

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Contre les méfaits de l'agriculture productiviste, allez voir le film de Coline Serreau !

Coline Serreau, la réalisatrice de "Trois hommes et un couffin" et de "la Belle verte" a réalisé "Solutions locales pour un désordre global", un "docu" écologique et engagé, qui sort en salle ce mercredi 7 avril 2010.

Ce documentaire donne la parole, à travers le monde, à des agriculteurs, des philosophes, des économistes, des experts en biologie qui, tout en faisant le même constat sur la crise de notre modèle de société, inventent des alternatives. Rencontre avec la réalisatrice. Voir la Bande annonce et Le site du film

Qui a dit : «De grâce, mettons fin aux débats inutiles. Si le développement durable rime avec décroissance et désertification des campagnes, je vous le dis tout net, Grenelle ou pas Grenelle, le débat se fera sans la FNSEA». L'ineffable Jean-Michel Lemétayer, Président de la FNSEA qui, en la matière s'inspirait des propos opportunistes de Nicolas Sarkozy au Salon de l'agriculture, dénonçant le trop-plein environnemental, et fustigeant à plusieurs reprises l'attitude et l'intransigeance des associations écologistes.

Le Ministre de l'Agriculture est allé plus loin dans le clientélisme : "certains parlent de l'environnement. Vous, vous le défendez. « Agriculteur - pollueur », cela n'existe que dans l'esprit égaré de quelques citadins, qui n'ont jamais mis les pieds dans nos campagnes et n'ont jamais mesuré combien vous aviez su changer."

Les pollutions liées aux nitrates et aux phytosanitaires sont le résultat de « l'insuffisante volonté de l'Etat de remettre en cause des pratiques agricoles marquées par l'encouragement au productivisme »

Or, le dernier rapport de la Cour des Comptes est sans appel : les pollutions liées aux nitrates et aux phytosanitaires sont le résultat de « l'insuffisante volonté de l'Etat de remettre en cause des pratiques agricoles marquées par l'encouragement au productivisme et le choix d'une agriculture intensive. Il préconise de « durcir l'encadrement réglementaire des pratiques agricoles et de mettre les redevances liées aux pollutions agricoles, qu'il juge non dissuasives, « plus en rapport avec le coût de la dépollution.

Face aux discours à courte vue des responsables agricoles, rappelons que le Commissaire européen à l'agriculture et au développement rural, Dacian Ciolos, a lui-même déclaré récemment que «l'environnement est le meilleur argument en faveur de la PAC, allant ainsi à l'encontre des discours tenus en France. Car le modèle même de la PAC est en crise et chacun sait qu'il va falloir la réformer car, comme le soulignent, dans leur réponse au président de la FNSEA les organisations réunies dans le Groupe PAC 2013 (FNH, WWF, FNAB, FNCIVAM, RAD, 4D, Solidarité), « la PAC est confrontée à une profonde crise de légitimité tant sociale qu'environnementale.

Le modèle agricole actuel n'est plus légitime et coûte très cher à la société. Lorsque M. Lemétayer égraine le coût pour les agriculteurs des contraintes environnementales, il oublie de préciser le coût pour la société du modèle agricole industriel qu'il défend et notamment la responsabilité des pollutions agricoles dans la dégradation de la qualité de l'eau en France.

Nous rappelons que ce sont les consommateurs, via leur facture d'eau, qui paient le plus lourd tribut. Leur redevance représentant 90% des ressources des agences de l'eau. Et c'est sans compter ce que coûteront au contribuable les possibles condamnations de la France pour non respect des directives européennes sur l'eau ».

Coline Serreau : Finis les films catastrophistes maintenant il faut montrer qu'il existe des solutions

Si vous n'êtes pas convaincus, allez cette semaine voir l'extraordinaire film de Coline Serreau, la réalisatrice de « trois hommes et un couffin » qui, cette fois, s'est attachée à faire, sans moyens, un militant jubilatoire, à la fois marrant et pédagogique, où des spécialistes que d'ordinaire on n'entend pas vous apprennent avec le sourire les mécanismes de la société dans laquelle vous vivez. Finis les « films catastrophistes ont été tournés », maintenant dit-elle, il faut montrer qu'il existe des solutions, faire entendre les réflexions des paysans, des philosophes et économistes qui, tout en expliquant pourquoi notre modèle de société s'est embourbé dans la crise écologique, financière et politique que nous connaissons, inventent et expérimentent des alternatives. »

« Je raconte comment la terre s'est fait kidnapper dans l'après-guerre par les types des multinationales qui ont trusté semences et engrais jusqu'à stériliser la mince pellicule d'humus qui nous nourrit. Une terre qui retrouve la vie avec l'approche bio depuis quelques années. Sans viol. Sans le culte de ...»

.../...

Pour lire la suite, cliquer sur "lien utile"


Source : jeanmarcelbouguereau.blogs.nouvelobs.com

Info sélectionnée par Jacques

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........