Contre la soupe aux ailerons de requins - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 09/05/2010 à 20h29 par Michel WALTER.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Contre la soupe aux ailerons de requins

La soupe aux ailerons de requin est un aliment incontournable pour de nombreuses fêtes dans la culture chinoise.

Entourée d'une dizaine de bénévoles, dont des spécialistes scientifiques et culinaires, Claudia Li, canadienne d'origine chinoise, cherche à changer cette coutume. Elle privilégie une sensibilisation progressive et non moralisante avec le slogan « un bol à la fois » (« One bowl at a time »)

C'est après avoir visionné le documentaire canadien Sharkwater (Les Seigneurs de la mer), réalisé en 2006, que Claudia Li a fondé à Vancouver l'association Shark Truth afin de lutter contre le massacre des requins pour leur aileron. D'autres organisations, comme la Sea Shepherd Conservation Society, avaient auparavant tenté l'expérience qui s'était soldée par un échec.

« Ces campagnes venaient de l'extérieur de communauté chinoise et étaient perçues comme une attaque, explique Claudia Li. Il n'y avait pas de tentative de discussion. C'est comme si je disais à un Français de ne pas manger de fromage et de ne pas boire de vin...

C'est facile pour moi parce que je n'en mange pas, mais la communauté concernée risque fortement de ne pas être réceptive. Dans le cas de la soupe aux ailerons de requin, il est donc nécessaire de communiquer avec une perspective chinoise. »

La réputation de la soupe tient plus de son prestige que de sa saveur ou de ses qualités nutritives. Elle est avant tout associée aux banquets de mariage.

L'aileron de requin est un symbole de richesse dans la culture chinoise et en servir au repas d'un mariage montre que la famille du mari est fortunée et respectueuse envers ses convives. Peu de familles font donc l'impasse sur cet ingrédient.

Du propre aveu de Claudia, « l'aileron en lui-même n'a pas de goût, il apporte simplement de la texture au breuvage. Si la soupe est bonne, c'est grâce à la saveur du bouillon et aux morceaux de poulet qui l'accompagnent ».

La recette du succès de Shark Truth : une approche positive

La jeune génération est la cible de l'association. « On fait passer le message dans chaque famille par le biais des futurs mariés canadiens-chinois. Ce sont eux qui parlent ensuite à leurs parents. Ainsi, nous n'avons pas à batailler avec chaque personne, indique Claudia Li. Nous essayons de notre côté de sensibiliser à travers une approche positive et amusante. »

Parmi les nombreuses initiatives de Shark Truth, un concours sous le slogan « Happy hearts love sharks » (Les coeurs heureux aiment les requins) vient d'être lancé, financé à hauteur de 3 500 dollars par la fondation suisse Save Our Seas.

Les futurs mariés sont invités à ne pas mettre de soupe aux ailerons de requin au menu de leur mariage et des photos ou vidéos du banquet doivent ensuite être envoyées à l'association via son site Internet.

Le couple gagnant remportera un voyage au Mexique, qui inclut une activité de plongée dans l'océan pour observer les requins-baleines, et le second un appareil photo numérique waterproof.

La coutume de la soupe aux ailerons est très ancienne. Aujourd'hui, toutefois, la plupart des Chinois qui la consomme aux banquets ne connaît plus sa signification. Ils savent juste que ce plat se doit d'être présent lors de célébrations importantes.

Claudia Li affirme aussi que la fameuse soupe ne serait plus aussi prisée si la communauté avait conscience du massacre de ces animaux. « Moi-même, j'en mangeais alors que je suivais un cours à vocation environnementale à l'université.

Pour moi, ce n'était qu'un poisson parmi d'autres qui se retrouvait dans mon bol. »

L'association s'attache également à redorer l'image du requin, mise à mal dans l'imaginaire collectif par le grand blanc des Dents de la Mer.

En réalité, en moyenne quatre personnes par an sont tuées par ces animaux, soit bien moins que les décès résultant d'attaques de tigres ou de charges d'éléphants.

Un autre argument de l'association est la manière « souvent cruelle » dont se fait la récolte d'ailerons, comme le montrent certaines scènes du documentaire Sharkwater : les pêcheurs coupent les ailerons des requins encore vivants avant de les rejeter agonisants dans la mer.

Plusieurs espèces en voie de disparition


Gwenaëlle Ily

Source : www.lexpress.org

Pour lire la suite, cliquer sur Lien utile

Info transmise par Mich

SOS-planete

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Michel WALTER
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr