Confessions d'un guerrier des baleines au coeur de pierre (satire) - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 15/01/2011 à 12h57 par Tanka.


CONFESSIONS D'UN GUERRIER DES BALEINES AU COEUR DE PIERRE (SATIRE)

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Confessions d'un guerrier des baleines au coeur de pierre (satire)

Commentaire du Capitaine Paul Watson

Lorsqu'il s'agit de massacrer des baleines sans défense avec des armes de hautes technologies et des systèmes de détection sophistiqués, les baleiniers japonais agissent tels de vrais ninjas avec toute la bravoure machiste imaginable en criblant la chair des innocentes baleines à coup de harpons explosifs et de coups de fusils.

Et si quelqu'un s'avise de remettre en question ou de contester leur cruelle et lâche industrie, ils s'en vont sangloter comme des enfants trop gâtés et apeurés dans les jupes de leur grand oncle gouvernemental de Tokyo, ou même pire, ils s'en vont pleurnicher les faveurs de l'oncle Sam. C'est d'ailleurs l'oncle Sam, par l'intermédiaire du général Douglas MacArthur, qui a commencé la soit disante tradition japonaise de chasse à la baleine en Antarctique en 1946. Et maintenant les baleiniers pleurent comme des petits enfants dans leur bain. "Sea Shepherd m'a frappé oncle Sam, il faut leur supprimer leur argent de poche".

L'administration du gouvernement japonais est pratiquement devenue obsédée par l'idée de détruire Sea Shepherd. Ils se plaignent de nous tous les ans à la Commission Baleinière Internationale (CBI). Ils se plaignent de nous constamment dans des communications télégraphiques aux Etats-Unis, à la Hollande, au Canada, à l'Australie, et à la Nouvelle Zélande. Ils sont même allés gémir leur déprime de baleinier au premier secrétaire des Etats-Unis Hillary Clinton, pour lui supplier de prendre des mesures pour démanteler Sea Shepherd. Une nation toute entière semble avoir déclaré la guerre à une petite organisation de conservation non-gouvernementale avec pour objectif de nous détruire ainsi que notre capacité à défendre la vie dans les océans.

Ce qu'il faut comprendre par là, c'est que nous avons un impact. Les baleiniers japonais ont ainsi admis que nous les empêchons ainsi de tuer leur quota (illégal) de baleines. Ils n'aiment pas Sea Shepherd. Beaucoup de personnes ne doivent pas apprécier Sea Shepherd, je le sais. En envoyant toute la puissance du Japon contre nous et en faisant de Sea Shepherd un important sujet de discussions diplomatiques, cela revient à nous donner le prix Nobel de l'activisme. Et nous en sommes en fait vraiment honorés.

Les baleiniers japonais ridiculisent le titre de notre série télévisée à succès, tout en publiant des communiqués de presse expliquant comment ils ont été la proie du bombardement d'un "navire de guerre" (voir le communiqué de presse à la fin de ce commentaire).

La dernière intervention médiatique de "l'Institut de Recherche des Cétacés" (ICR), ou institut pour l'élimination des baleines" comme j'aime à l'appeler, ressemble à un épisode de film de guerre si seulement le stupide mot "recherche" était supprimé : "Un navire japonais a été attaqué aujourd'hui par le trimaran Gojira provisoirement immatriculé en Australie. L'attaque a commencé à 1700 JST et à duré jusqu'à 1900 JST".

Sea Shepherd utilise pourtant les mêmes tactiques et équipements depuis six ans mais les articles relatent ces informations comme si ce genre d'affrontement n'avait jamais eu lieu auparavant. "Les activistes du Gojira se sont rapprochés du navire japonais et ont lancé de multiples projectiles à l'aide de lanceurs".

Ne voyez-vous pas les mortiers et bazookas tirant sur les baleiniers sans défenses ?

Pendant ce temps le Steve Irwin attendait dans "l'ombre" d'un iceberg. Nous parlons ici d'actes ignobles, lâches, méprisables, de destruction sur les mers sombres et noires !... Et depuis les profondeurs de l'obscurité, j'ai envoyé notre hélicoptère pour enregistrer cette attaque. Vraisemblablement afin d'obtenir des preuves de la violence de Sea Shepherd pour que les autorités australiennes, à la demande des autorités japonaises, puissent s'en emparer à notre retour en Australie. Nous adorons nous accuser nous-mêmes en documentant nos "crimes".

Et comme d'habitude les baleiniers ont déclaré qu'il n'y avait pas eu de blessés et qu'il n'y avait eu aucun dommage sur les navires japonais, mais "l'attaque" a été fortement condamnée par les paisibles baleiniers qui ne feraient pas de mal à une mouche, sauf si celle-ci avait le malheur de se poser sur une baleine. Si personne n'a été blessé et qu'il n'y a pas eu de dégâts, alors pourquoi toutes ces jérémiades ?

Pour lire la suite de l'article, cliquer sur « Source ».

Devenez lanceur d'alertes

Combat pacifique pour la Vie





Auteur : seashepherd.fr

Source : www.seashepherd.fr