L'Amitié et l'Amour sont les seules choses qui grandissent quand on les partage (vidéo)

Comprendre le Codex Alimentarius - Demain l'Homme

Accueil

Cette actualité a été publiée le 15/05/2011 à 23h41 par claude cohen.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager par mail
Comprendre le Codex Alimentarius

 
Entretien avec Paul Anthony Taylor à propos du Codex Alimentarius
Traduction le 7 octobre 2009, par Claude Simon PhD
Article publié en anglais, en juillet 2009, sur le site de la Fondation pour la Santé du Dr Rath

Le numéro du 26 juin de "Formula AS", une revue populaire en Roumanie, a publié un entretien sur le Codex Alimentarius avec Paul Anthony Taylor, directeur des relations extérieures de la Fondation pour la Santé du Dr Rath.

Paul Anthony Taylor est conférencier, chercheur et écrivain de renom international sur le sujet du Codex. Il est depuis six ans, au nom de la National Health Federation, observateur délégué officiel aux réunions du Codex Alimentarius.

Financées par l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) et de la FAO (Food and Agriculture Organization) des Nations Unies, les activités du Codex sont de plus en plus perçues par les partisans de la santé naturelle comme une des plus grandes menaces pour l'accès futur aux compléments en vitamines et oligoéléments utilisés dans les thérapies naturelles.

- Ion Longin Popescu : Qu'est-ce que le Codex Alimentarius ?

- Paul Anthony Taylor : La Commission Codex Alimentarius (Codex) est un organisme des Nations Unies financé par l'OMS et la FAO. Fondé en 1963, il a pour objet de définir les normes pour tous les produits alimentaires et compléments alimentaires. Le « Codex Alimentarius » est le nom donné à l'ensemble de ces normes. Les 27 pays membres de l'Union Européenne (UE), Roumanie comprise, utilisent de plus en plus le Codex pour façonner la réglementation alimentaire en conformité avec les lois européennes.

- Ion Longin Popescu : Est-ce que les normes du Codex seront obligatoires après le 31 décembre 2009 ? Est-ce que le parlement roumain pourrait s'y opposer, tout en étant membre de l'UE ?

- Paul Anthony Taylor : Toutes les normes alimentaires définies par le Codex sont déjà obligatoires, précisément parce qu'elles servent de référence juridique à l'OMC (Organisation Mondiale du Commerce) dans ses arbitrages internationaux. Les sanctions commerciales et les coûts et amendes énormes qui suivent une condamnation par l'OMC ne laissent pas, ou très peu, de choix aux pays membres qui se doivent d'intégrer les normes Codex dans leur législation nationale.

Donc, il est inexact d'affirmer, comme certains, que « le Codex entrera en vigueur le 31 décembre 2009 » cela n'a pas de sens. Le Codex Alimentarius comprend déjà plus de 300 normes alimentaires officielles, dont certaines remontent à 1966.

La Roumanie est représentée aux réunions du Codex par des fonctionnaires de l'Autorité de Sécurité Sanitaire, Vétérinaire et Alimentaire et du Ministère de l'Agriculture et du Développement Rural. Mais en tout état de cause, ces fonctionnaires ne font qu'obéir aux ordres du Gouvernement roumain et de la Commission Européenne.

Donc la Roumanie, comme les 26 autres membres de l'Union Européenne, participe activement à l'élaboration des normes alimentaires qui menacent la santé et la survie de toute la planète. Dans la plupart des cas, toutefois, même s'ils voulaient les rejeter, les députés du Parlement roumain n'ont que très peu d'impact sur le travail du Codex.

- Ion Longin Popescu : Comment est-ce que le Codex affecte notre santé ? Est-il un instrument des forces de la globalisation ? Est-il une préfiguration d'un gouvernement mondial ? Veulent-ils gouverner le monde en contrôlant l'alimentation et la médecine ?

- Paul Anthony Taylor : En tout cas, le Codex est aujourd'hui le front principal d'une guerre politico-économique pour le contrôle des sources de nourriture de la ferme à la fourchette. Mais, en plus de s'occuper de l'alimentation, le Codex définit aussi les normes pour :

- Les vitamines et compléments alimentaires
- Les nomenclatures de soins
- Les aliments bios
- Les aliments OGM
- L'étiquetage sur les emballages alimentaires
- La publicité pour les aliments
- Les additifs alimentaires
- Les résidus de pesticides et de drogues vétérinaires dans les aliments

Dans tous ces domaines, il est tout à fait clair que le Codex privilégie toujours les intérêts économiques, surtout ceux des industries pharmaceutiques, chimiques et génétiques, avant ceux de la santé humaine.

Il ne fait donc aucun doute que Codex est bien un instrument des forces qui poussent pour la « globalisation » et pour un gouvernement mondial contrôlé par les multinationales. En contrôlant l'accès à une alimentation saine et aux médecines naturelles, les intérêts économiques derrière le Codex veulent contrôler toutes nos vies.

- Ion Longin Popescu : Où est situé le siège du Codex ?

- Paul Anthony Taylor : Les bureaux du Codex sont au siège de la FAO, à Rome en Italie.

- Ion Longin Popescu : Est-ce que le Codex protège la santé des consommateurs et le commerce alimentaire international, comme il le prétend ? Pouvons-nous avoir confiance en « Big Brother » qui veille sur nous ? Est-ce que « Big Brother » est un gentil cette fois ?

- Paul Anthony Taylor : Le Codex Alimentarius considère que les intérêts du commerce international sont bien plus importants que la protection de la santé des consommateurs. La preuve en est dans le financement. Le Codex reçoit 86 % de son budget de la part de la FAO (7,2 millions de dollars) et seulement 14 % (1,2 millions de dollars) de l'OMS.

Mais ce qui est plus important, c'est qu'en contrôlant, et en limitant, l'accès à des aliments et compléments alimentaires sains et sûrs, le Codex, en fin de compte, protège surtout les intérêts des grandes multinationales pharmaceutiques.

Pour cette industrie, tout ce qui développe la bonne santé, aux dépens de la maladie, est une menace directe au développement des ventes de drogues chimiques synthétiques, brevetées. Les citoyens roumains ne doivent donc pas être dupes et considérer le Codex comme de leur côté...

(...)

 
Pour lire la suite, cliquer sur Source ou Lien utile

 

Un article de Nos Libertés, publié par Nos Libertés  
 
 
Vous aimez notre travail ? Alors merci de nous soutenir
 
Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !
 
Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

 
 

Auteur : Nos Libertés

Source : www.noslibertes.org

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter claude cohen
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Lire tous les commentaires (1) - Laisser un commentaire sur cette actualité

Commentaire laissé par terrienne vegetalienne le 16/05/2011 à 13h34

C'est évident que pour tous ces saboteurs de la terre , la multiplication des végétariens ou végétaliens serait un crime contre leurs intérêts.
Jamais malades ou vraiment très rarement, ce n'est pas nous qui avons recours aux médecins,
aux médicaments , ( qui entretiennent les labos, les toubibs, les pharmaciens et le saint pactole des multi-nationales.Et encore moins les compléments alimentaires.
Si une majorité de gens s'y mettent, ce sera profits largement en baisse !

Et je ne parle pas des lobbies de la "viande", du lait et leurs dérivés empoisonnés.

Tout un monde en péril, tous ces criminels au
chômage !