Commerce du phoque : Le Canada conteste l'embargo européen - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 29/07/2009 à 01h14 par Phil.


COMMERCE DU PHOQUE : LE CANADA CONTESTE L'EMBARGO EUROPÉEN

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Commerce du phoque : Le Canada conteste l'embargo européen

Commerce du phoque : Le Canada conteste l'embargo européen

Le règlement interdisant le commerce des produits dérivés du phoque adopté le 27 juillet par le conseil des ministres des Affaires étrangères de l'UE provoque un véritable tollé au Canada. Le pays va demander l'ouverture de consultations devant l'OMC, mais la Commission européenne a prévenu qu'elle défendrait « avec vigueur » la décision prise par les 27.
Branle-bas de combat au Canada depuis l'adoption lundi 27 juillet par les ministres des Affaires étrangères de l'UE d'une interdiction du commerce des produits dérivés du phoque sur le territoire communautaire ! Le pays, qui tire chaque année près de 10 millions de dollars (6,5 millions d'euros) de la vente des produits de la chasse au phoque, dont près d'un quart en Europe, n'entend pas se laisser faire.

Le ministre canadien du Commerce international, Stockwell Day, a d'ailleurs immédiatement fait connaître son intention de demander à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) l'ouverture de consultations avec les 27 pour mettre fin à cet embargo jugé inacceptable. « Nous sommes déçus par cette décision. Nous croyons fermement qu'elle viole les normes de l'OMC », a expliqué ce dernier rappelant que « la chasse canadienne suit les conditions établies par l'Union européenne elle-même ».

Moins réservée, l'organisation inuit Inuit Tapiriit Kanatami, dénonce quant à elle une « abomination », qui « attaque directement les cultures, les communautés et le moyen de subsistance de beaucoup de monde ».

Un débat houleux en perspective

Du côté de l'union européenne, on assure que « le règlement a été préparé soigneusement afin de s'assurer qu'il respecte toutes nos obligations internationales ».

Selon le porte-parole de la commissaire européenne au Commerce, Lutz Güllner, il s'agit de « relayer la très vive inquiétude des citoyens de l'UE » quant à la menace pesant sur les populations de phoques.

Ce dernier a également prévenu que « si d'aucuns décidaient de le contester à l'OMC, la Commission européenne va le défendre avec vigueur ».

eu d'espoir donc, de voir aboutir les consultations qui démarreront 60 jours après le dépôt de la demande canadienne à l'OMC prévu « au cours des prochaines semaines ». « S'il n'y a pas d'accord, nous allons faire appel » a toutefois prévenu Stockwell Day, bien décidé à faire entendre la voix de son pays.

L'affaire pourrait donc finir devant un groupe de règlement des différends de l'OMC.

Sauf contre-ordre, l'embargo voté par l'UE entrera en vigueur lors de la prochaine campagne de chasse, en 2010. En réponse aux inquiétudes formulées par les Inuits, la vente « à des fins non-lucratives » des produits provenant de la chasse traditionnelle restera autorisée.