Comment la Banque mondiale finance le massacre de dizaines de paysans - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 09/08/2014 à 22h27 par Exo007.


COMMENT LA BANQUE MONDIALE FINANCE LE MASSACRE DE DIZAINES DE PAYSANS

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Comment la Banque mondiale finance le massacre de dizaines de paysans

 

Quand les combines du capitalisme néo-colonial s'apparentent de plus en plus ouvertement à des procédés mafieux... La Banque mondiale a financé un projet de plantation de palmiers à huile de la société Dinant au Honduras.

Or, cette société accumule les critiques, tandis qu'un rapport interne dénonce le non-respect par la Banque mondiale de ses propres procédures...

La vallée de Bajo Aguàn au Honduras est depuis des décennies le théâtre de conflits très durs liés à la terre. Pendant les années 1960 et 1970, le gouvernement a mis en oeuvre une réforme agraire qui a permis à des milliers de petits paysans, regroupés en coopératives, de cultiver légalement ces terres.

En 1992 cependant, le gouvernement change de politique et favorise le rachat de ces terres par des entreprises plus importantes, susceptibles de les « valoriser » au mieux.

Depuis lors, des milliers d'hectares ont changé de main, au profit notamment de l'entreprise Dinant de M. Miguel Facussé Barjum, un des hommes les plus riches et puissants du pays.

 


Avant


Après

 

Les paysans protestent et affirment que les contrats de vente de terres sont le résultat d'une campagne d'escroqueries, d'intimidations, de menaces et de fraude de la part des nouveaux acquéreurs.

Le conflit devient de plus en plus sanglant. Les journalistes trop curieux sont assassinés, ainsi que les avocats qui osent défendre devant les cours et tribunaux les intérêts des paysans et des coopératives.

Quant aux paysans eux-mêmes et leurs familles, ils sont victimes d'une campagne de répression sans précédent (132 morts selon certaines sources, d'innombrables cas de torture, d'enlèvement et de destruction de maisons) organisée par les compagnies de sécurité privée engagées par Dinant, souvent avec la collaboration active des forces de l'ordre et de l'armée.

(...)

 

Pour lire la suite, cliquer ICI

 

Un article de Antonio Gambini, publié par rougemidi.fr et relayé par SOS-planete

 

Pour en savoir plus que visible, abonnez-vous à notre nouvelle Newsletter bimestrielle gratuite

Le site SOS-planete lui-aussi est GRATUIT !
Merci de contribuer au financement participatif

 

 

L'Actualité vraie sur votre mobile du site étrange qui dérange même les anges

 





Auteur : Antonio Gambini

Source : rougemidi.fr