Climat: sans objectif à 2050, un "suicide écologique" selon Jean Jouzel - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 08/07/2009 à 17h15 par Michel WALTER.


CLIMAT: SANS OBJECTIF À 2050, UN "SUICIDE ÉCOLOGIQUE" SELON JEAN JOUZEL

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Climat: sans objectif à 2050, un "suicide écologique" selon Jean Jouzel

L'AQUILA (Italie) - Renoncer à un objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2050 équivaut à "un suicide écologique", a estimé mercredi le climatologue français Jean Jouzel, vice-président du Groupe international d'experts sur le climat (GIEC).

"C'est un suicide écologique. Pour garder de bonnes chances de limiter le réchauffement global à 2°C par rapport aux niveaux pré-industriels (fin 18è siècle), il faut au moins diviser les émissions mondiales par deux d'ici 2050 et plus sûrement par trois", par rapport à 1990, rappelle-t-il.

"Y renoncer, c'est un pas en arrière inimaginable du point de vue des climatologues", a insisté M. Jouzel, joint au téléphone en marge du sommet du G8 et de celui du Forum des principales économies (MEF).

Le MEF a revu ses ambitions à la baisse et renoncé, dans le projet de déclaration finale qui sera publié jeudi, à s'engager sur une division par deux des émissions mondiales d'ici 2050.

Pour Jean Jouzel, "s'engager sur une hausse maximale de 2°C des températures mondiales sans fixer d'objectifs de réduction n'a aucune cohérence".

"Le fossé s'élargit entre les scientifiques du GIEC et les politiques", a-t-il regretté.

Le Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC, IPCC en anglais), mandaté par l'ONU pour éclairer la décision politique sur le climat, a été récompensé par le Prix Nobel de la Paix 2007.