Climat : La création du Fonds climatique vert retardée - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 21/10/2011 à 22h12 par Kannie.


CLIMAT : LA CRÉATION DU FONDS CLIMATIQUE VERT RETARDÉE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Climat : La création du Fonds climatique vert retardée

 

Fonds climatique vert - Le projet de création d'un fonds de plusieurs milliards de dollars pour aider les pays en développement à lutter contre le changement climatique peine à prendre forme, les pays n'ayant pas réussi à tomber d'accord sur la conception du fonds.

Dans un communiqué publié vendredi, l'Institut international pour le développement et l'environnement (IIED) indique que les pays en développement ont averti que le contrôle du fonds par les pays donateurs -et le fardeau de la bureaucratie que cela entraîne- limiteraient leurs capacités à en faire bon usage.

Le désaccord a vu le jour cette semaine lors d'une réunion de la commission internationale chargée de la création du fonds à temps pour que les gouvernements l'approuvent lors de la prochaine conférence de l'ONU sur le changement climatique à Durban, en Afrique du Sud. L'année dernière, les négociateurs venus de 194 pays avaient convenu de créer le 'Fonds climatique vert' pour transférer près de 100 milliards de dollars par an d'ici à 2020 vers les pays en développement.

 


 

Les Pays les moins avancés (PMA) -48 parmi les nations les plus pauvres en Afrique et Asie qui sont particulièrement vulnérables face au changement climatique- étaient représentés dans la commission par le Bangladesh et la Zambie.

Les négociateurs ont d'emblée préconisé une approche radicalement nouvelle.

Ils ont fait valoir que le Fonds spécial national pour le changement climatique dans les pays en développement doit pouvoir accéder directement au Fonds vert pour le climat, au lieu de passer par un tiers tel que la Banque mondiale, ce qui entraîne de longs retards et de la paperasserie excessive.

'Un accès direct permettait aux bénéficiaires de prendre leur destin en main, sans voir leurs plans et projets approuvés par des entités externes', a déclaré Dr Saleemul Huq de l'IIED, qui a apporté pendant des années un soutien technique aux PMA.

'Un accès direct permettrait une prise de décision plus décentralisée qui reflète les préoccupations locales et nationales et devrait permettre à ces pays d'intégrer le financement dans leurs plans et stratégies nationaux pour lutter contre le changement climatique', a fait remarquer Pa Ousma Jarju, président du bloc des négociateurs des PMA aux discussions de l'ONU sur le changement climatique.

'Sans un accès direct, les pays pauvres vont éprouver des difficultés à s'adapter au changement climatique car ils seraient confrontés à d'immenses retards pour accéder au financement et n'auraient pas la liberté de décider comment et quand dépenser cet argent', a-t-il ajouté.

 


 

Après six mois de négociations tendues, les PMA semblaient avoir réussi, dans leur demande, à voir des dispositions sur un accès direct au fonds inclues dans le texte finale.

Mais, lors de la réunion finale de la commission, le 18 octobre, les Etats-unis et l'Arabie saoudite ont retiré leur soutien à la création du fonds, soutenus par tous les autres pays, préoccupés par d'autres aspects du texte.

L'ancien ministre sud-africain des Finances, Trevor Manuel, qui a co-présidé la réunion avec Kjetil Lund de la Norvège, a jugé le résultat 'sous-optimal'.

L'Allemagne a exprimé sa frustration et sa déception et dit que l'échec de la commission à s'accorder sur un modèle 'risque de déboucher sur la non création du Fonds climatique vert cette année ou l'année prochaine'.

Lors de la 16ème Conférence des parties (COP16) à la Convention-cadre de l'ONU sur le climat à Cancun, au Mexique, en décembre 2010, les pays développés avaient convenu de créer un nouveau Fonds climatique vert (FCV) pour transférer près de 100 milliards de dollars par an à partir de 2020.

Les parties à la convention avaient également mis sur pied la Commission de transition chargée de superviser le développement du fonds pour décider du mode de fonctionnement du fonds.

Le modèle du FCV est identique à celui de la Banque mondiale à Bretton Woods, et la proposition des PMA constitue une rupture par rapport à ce système vers une manière plus juste et plus efficace de la communauté internationale de soutenir les pays en développement.

 

Un article de afriquejet.com

 

Notre Association défend les droits de l'Homme et de toutes les espèces vivantes. Elle est APOLITIQUE !

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.


 





Auteur : Afrique en ligne

Source : www.afriquejet.com