Claude Allègre vient de prétendre allègrement : "Pas de soucis! On ne manquera jamais de pétrole!" - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 26/11/2009 à 13h03 par Michel WALTER.


CLAUDE ALLÈGRE VIENT DE PRÉTENDRE ALLÈGREMENT : "PAS DE SOUCIS! ON NE MANQUERA JAMAIS DE PÉTROLE!"

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Claude Allègre vient de prétendre allègrement : "Pas de soucis! On ne manquera jamais de pétrole!"

Article de Politis sélectionné par Michel

Que faire de Claude Allègre ? Comme disait Audiart, "les cons ça ose tout, c'est même à cela qu'on les reconnait". Il vient de traiter Nicolas Hulot d'imbécile...
par Claude-Marie Vadrot

Que faire de Claude Allègre ? La question n'est pas nouvelle mais elle prend une certaine acuité avec l'interview publié dimanche dans Nice-Matin et dans lequel il explique que « Nicolas Hulot est imbécile » à cause de ses positions sur le réchauffement climatique. On peut ne pas être d'accord en tout avec l'animateur, surtout quand il essaie de faire de la politique, mais manifestement Allègre ne sait plus quoi faire pour se faire remarquer. Cela devient pathologique. Il renchérit sur la polémique qu'il entretient sur des sujets d'écologie qu'il ne Allègre que par ouï-dire ; déjà, il y a quelques semaines, ce dinosaure avait agité sa queue dans Le Parisien, à propos du climat et de la taxe carbone. Trop c'est trop ! Le bouffon de l'écologie frappe toutes les semaines dans les gazettes et à la télévision et pollue encore plus la discussion déjà difficile sur la mise au point de la contribution énergétique de l'automne et sur la préparation de la conférence de Copenhague sur le climat.

Depuis des mois, cet homme-média dont, la compétence scientifique d'Allègre (l'association de ces deux termes représente déjà en soi une incongruité) est largement sujet à caution depuis que, dans une autre vie, ce spécialiste de la tectonique des plaques a en vain cherché de l'or dans les mines péruviennes pour le compte (déficitaire) du BRGM, le Bureau de Recherche Géologiques et Minières, ou de chercher à ridiculiser Haroun Tazieff à la Martinique en annonçant une éruption volcanique qui ne se produisit pas. Avant de le virer. L'objectif n'est pas d'infliger au lecteur la liste édifiante et terrifiante des erreurs et provocations commises par ce mammouth de la médiatisation ; en poursuivant par exemple, par sa négation des dangers de l'amiante dans les années 70 et son soutien aux industriels qui la produisaient. Non, la question est clairement autre : comment se débarrasser utilement (je suis pour le recyclage) de cet escroc scientifique qui utilise ce qui lui reste de crédit pour raconter partout n'importe quoi. En profitant d'une réputation dont l'usure devrait un jour l'amener à présenter un jeu télévisé sur TF 1 pour garder son statut de vedette. Plusieurs solutions sont envisageables.

Il devrait être possible de l'empailler pour l'installer en bonne place à l'entrée de la Galerie de l'Evolution du Muséum National d'Histoire Naturelle car il représente quand même une superbe illustration de la faculté de retour en arrière conservée par l'espèce humaine ; et la preuve au fond que Darwin était parfois trop optimiste en comptant sur les bienfaits de l'évolution. Depuis des années, Allègre a enclenché la marche arrière en se déclarant sans aucune nuance partisan du nucléaire, en niant les retombées de Tchernobyl et en encensant sans preuves ni compétence la prolifération des OGM. Bref il illustre parfaitement une célèbre réplique attribuée à Audiart : « les cons ça ose tout, c'est même à cela qu'on les reconnaît ». Je sais, ça frise l'injure, mais la mesure est comble et Allègre est une injure permanente à la science et au bon sens.

On pourrait aussi envisager la création d'une réserve naturelle dans un arrondissement de Paris où il pourrait être considéré, avec Bernard-Henri Lévy, Frédéric Lefèbvre, Philippe de Villiers, Jean-Marie Le Pen et quelques autres, comme représentatif d'une espèce en voie de disparition : les animaux capables de s'enfler d'eux mêmes. La grenouille de la Fontaine, par exemple. Le phénomène est suffisamment curieux pour être préservé et pour qu'il soit permis au peuple d'observer le mécanisme de prés. Il est fascinant.

La possibilité de le relâcher sous le soleil de l'Andalousie ou du Burkina Fasso pour mesurer la vitesse de refroidissement du climat doit également être envisagée. Ce qui reviendrait à transformer ce baromètre déréglé de la science en simple thermomètre équipé d'une balise émettrice relié à l'Académie des Sciences où cette phrase prononcée en 1999 doit sans doute être gravée dans le marbre : « L'intégration, c'est l'exact inverse de l'exclusion ». A la même époque il expliqua « l'anglais n'est pas une langue étrangère ».


Pour lire la suite truculante, cliquer sur lien utile

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........